Aller au contenu principal

Les circuits courts sous la loupe des Pays de Beauce et du Dunois

Les syndicats du Pays de Beauce et du Pays Dunois réalisent une grande enquête sur la valorisation des circuits courts et des produits locaux sur leurs territoires.

La valorisation des circuits courts est l’objet d’une enquête lancée par les Pays de Beauce et du Dunois (photo d’archives).
La valorisation des circuits courts est l’objet d’une enquête lancée par les Pays de Beauce et du Dunois (photo d’archives).

Le Syndicat du Pays de Beauce et celui du Pays Dunois réalisent une grande enquête sur la valorisation des circuits courts et des produits locaux sur leurs territoires.

Cette étude se tient dans le cadre du programme européen Leader du Groupe d’action locale (Gal) Beauce-Dunois, de la labellisation Territoire à énergie positive et du dispositif ID en Campagne.

Le projet se déroulera en trois étapes.

Tout d’abord la réalisation d’un état des lieux de l’offre proposée par le tissu agricole des deux pays, et de la demande constituée par les particuliers, la restauration collective, le commerce de proximité, les grandes et moyennes surfaces, les magasins (dépôt vente de produits locaux), les restaurateurs.

Cela permettra d’identifier les freins et les leviers au développement des circuits courts sur les deux territoires, ainsi que la mise en relation de l’offre et de la demande.

Ensuite, étudier la faisabilité d’une unité de transformation locale (de type légumerie) en s’inspirant d’ateliers de transformation et de circuits de distribution innovants sur d’autres territoires en France. Et enfin, accompagner l’émergence de projets.

Dans cette optique, le Syndicat du Pays de Beauce a fait appel à une stagiaire, étudiante à l’école d’Agronomie de Rennes, Jeanne Angot, qui travaille actuellement à recenser les producteurs du territoire et tous les circuits de distribution existants.

L’objectif est de connaître les producteurs qui sont déjà dans une logique de commercialisation en circuits courts, ainsi que ceux qui seraient éventuellement intéressés par ce type de commerce, dans le but de les rencontrer au cours d’entretiens personnalisés.

Si vous êtes producteur en Pays de Beauce, engagé dans les circuits courts ou intéressé, vous pouvez contacter Jeanne Angot (stagiaire.paysdebeauce@orange.fr ou au 02.37.99.03.11) pour participer à l’étude.

Consommateurs, vous pouvez aussi faire entendre votre avis en répondant, jusqu’au 31 décembre, à l’enquête du Pays de Beauce. 

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité