Aller au contenu principal

Moissonneuses-batteuses
Les clés pour maîtriser les coûts à la moisson

La flambée du prix des moissonneuses-batteuses impose de bien raisonner son investissement. Location, achat neuf ou d’occasion, seul ou à plusieurs, via une Cuma ou un prestataire : à chaque système ses atouts et ses contraintes.

Le ratio puissance sur surface est un bon indicateur pour savoir si la machine est adaptée à la surface à battre.
Le ratio puissance sur surface est un bon indicateur pour savoir si la machine est adaptée à la surface à battre.
© M. Portier

Le coût moyen des chantiers de moisson repart à la hausse, sous l’effet de la complexification des assolements et de la hausse du prix des machines et du carburant. Une réalité qui justifie de se poser la question de l’organisation de ce pic de travail : faut-il renouveler l’achat seul, se mettre à plusieurs, opter pour de l’occasion, louer une machine ou faire appel à un prestataire ? Si la capacité d’investissement est déjà saturée, acheter une moissonneuse n’est peut-être pas la meilleure idée. D’autant qu’il faut parfois aussi renouveler un tracteur ou une benne. Mais à l’issue du remboursement des annuités, la machine est amortie et les coûts de battage diminueront nettement. La moissonneuse-­batteuse conserve par ailleurs une valeur résiduelle. Cela peut financer en partie son futur remplacement, ou aider à reconstituer une trésorerie, si l’on opte alors pour une location ou une prestation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité