Aller au contenu principal

Coopératives
Les coops euréliennes font face à la tension engrais

Les coopératives euréliennes, comme les exploitants, doivent composer avec les hausses et les difficultés d'approvisionnement en intrants azotés.

La coopérative Scael en Eure-et-Loir.
© Hervé Colin - Horizons

La hausse des prix des engrais azotés et les difficultés d'approvisionnement, « c'est le souci de l'année, lâche le responsable du pôle agricole du groupe Scael, Lionel Gibier. C'est lié à la hausse du prix de l'énergie, à la fermetures d'usines, à la logistique, à des pannes… La pénurie entraîne de la spéculation. Et il y a des choses qui se passent que l'on n'a jamais vues. Des fournisseurs activent des clauses pour ne pas nous livrer ou moins que prévu, plus cher. Je n'ai jamais vu ça ».

Se couvrir tôt

Le groupe coopératif a passé commande en avril, mai et juin et les livraisons ont commencé en juin. « Nous avons 80 % de ce que l'on doit livrer. Certains agriculteurs se sont couverts tôt et ont des prix corrects. Pour les autres, les prix ont triplé, voire quadruplé. Néanmoins, cela reste cohérent par rapport au prix des céréales. Cependant, il y a des adhérents qui ont changé leur fusil d'épaule, ils devaient faire du blé améliorant ou du blé dur, mais ils feront autre chose ».

Et il n'y a pas que l'engrais. « Ce qui nous guette c'est la même chose en produits phytosanitaires. Il y a un risque de pénurie et d'augmentation. Il faut que les agriculteurs soient vigilants et commandent tôt pour avoir ce qu'il faut au printemps », conseille Lionel Gibier. Ce qu'ils ont fait pour les engrais : « 80 % des besoins sont couverts, d'habitude à cette époque, c'est autour de 60 %… ».

Du côté de la Coopérative agricole de Bonneval Beauce et Perche, pas d'inquiétude particulière, selon son directeur Guillaume Rivet : « Nous avons de grosses capacités de stockage en ferme et à la coop. Nous avons prévenu nos adhérents ».

Question de souveraineté

Le responsable approvisionnement de la coopérative, François Lubin, confirme : « 95 % d'entre eux ont commandé précocement et ont réussi à se couvrir. Ça sera plus compliqué pour les autres et les indépendants. C'est là que l'on trouve tout l'intérêt des coopératives qui sont sur les marchés. Il reste des questions logistiques. Des achats faits en juin ne sont pas encore livrés mais ça peut s'étaler jusqu'en décembre. L'inquiétude, c'est pour ceux qui vont arriver au printemps et qui ne pourront pas se couvrir. C'est un marché sur lequel on ne peut pas faire de spéculation. Nous étions habitués à avoir ce que l'on voulait comme on voulait. Avec la reprise post-Covid, la donne change et cela pose la question de notre souveraineté ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité