Aller au contenu principal

Économie
Les coûts de production flambent, l'exemple du blé

Alors que les charges flambent et que les contextes économique et géopolitique sont incertains, la chambre d'Agriculture a étudié deux scénarios d'évolution des coûts de production.

Avec la forte hausse des cours des intrants et des matières premières, en particulier la flambée du prix des engrais azotés, le coût de production du blé en Île-de-France atteint des sommets. Pour des approvisionnements aux cours actuels, on estime qu’il a augmenté de plus de 60 % depuis mars 2020.

Face aux contextes économique et géopolitique relativement incertains, deux scénarios d’évolution du coût de production du blé ont été étudiés. D'une part, une hypothèse basse, qui traduit le coût de production estimé en mars 2022. Cette hypothèse est basée sur les données de l’Insee qui enregistrent la variation des prix des moyens de production agricole (semences, engrais, produits phytosanitaires, matériel, bâtiments). D'autre part, une hypothèse haute, basée sur les cours actuels, qui met en perspective la hausse des postes de charges sur l’année 2023. Il s’agit d’une hypothèse haute car la flambée des cours a été dernièrement fortement accentuée par le conflit en Ukraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité