Aller au contenu principal

Économie
Les crises successives impactent l'agriculture

La chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, représentée par sa directrice, Alice Tissier et son président, Arnaud Bessé, a fait un état des lieux de la situation agricole sur le territoire loir-et-chérien.

Alice Tissier, directrice de la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher et Arnaud Bessé, président, font un état des lieux de l'agriculture du département.
Alice Tissier, directrice de la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher et Arnaud Bessé, président, font un état des lieux de l'agriculture du département.
© L.B. - Horizons

L’année 2022 est pour l’instant compliquée en termes météorologique pour les agriculteurs du département. La chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher a décidé d’organiser un point presse le mardi 26 juillet dernier afin de pouvoir faire un état des lieux sur la situation agricole du département depuis le début de l’année. « La situation cette année est très hétérogène sur le département avec une pression climatique complexe » précise, en préambule, Arnaud Bessé, le président de la Chambre départementale.

Hausse des coûts de production

Cette année, ce qui pose un problème pour les agriculteurs c’est avant tout « la hausse des coûts de production liés à la situation géopolitique » et un « questionnement sur la durabilité face à ces augmentations » détaille Arnaud Bessé. À cela vient s’ajouter à cette crise géopolitique une crise météorologique, avec la sécheresse et la grêle. « Certaines exploitations ne vont pas réussir à se relever de la grêle. Avec pour certains jusqu’à 100 % de pertes comme les pépiniéristes viticoles » pointe le président de la Chambre. Au niveau économique, il devient compliqué pour les élevages du département de faire face à l’augmentation conséquente des coûts de production qui « remet en cause pour beaucoup la trésorerie de l’activité ».

Difficulté économique

Précision importante, il y a beaucoup d’exploitations en Loir-et-Cher « qui fonctionnent très bien ». Mais Arnaud Bessé, souhaite « expliquer que le département n’est pas que céréalier, il est très diversifié dans ses productions agricoles. Il y a aujourd’hui des activités agricoles qui ont énormément souffert ». Les producteurs étaient nombreux à avoir mis en place la vente directe après la crise du covid-19. Mais aujourd’hui, ils ont plus de mal à vendre leurs produits. « On se rend compte depuis peu qu'avec l’inflation, les gens réduisent de plus en plus leurs achats alimentaires. C’est difficile pour certains producteurs qui, avec le succès de la vente directe pendant le covid-19, ont énormément misé sur cette méthode » détaille la directrice de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

Une phase de renouvellement en cours

Du côté de la transmission et des installations, Alice Tissier précise que pour les « installations et reprises d’exploitation, le rythme reste le même par rapport à l’année dernière qui est donc d’une soixantaine ». Selon elle, le Loir-et-Cher « doit miser davantage sur sa dynamique concernant le milieu agricole. On pense souvent au Loir-et-Cher pour le tourisme mais il faut aussi parler de sa forte attractivité agricole ». La main d’œuvre dans le milieu agricole sur le département est un enjeu « primordial pour l’avenir, il va falloir réussir à trouver du monde car aujourd’hui de nombreux agriculteurs ne trouvent personne, ne serait-ce que pour conduire un tracteur pendant la moisson » soulignent Alice Tissier et Arnaud Bessé.

Un accompagnement nécessaire

Malgré les crises qui se sont succédé cette année avec le gel, la sécheresse, la grêle, la grippe aviaire, etc. il devient de plus en plus important « de réussir à agir dans l’urgence ». La chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher sera présente avec ses différents conseillers pour accompagner les agriculteurs face à ces changements. « Nous avons déjà mis en place un accompagnement pour les agriculteurs de plus de 40 ans, avec des conseillers stratégiques qui sont présents pour les accompagner sur la diversification des sources financières, par exemple » explique Alice Tissier.

« Nous devons agir ensemble pour préserver nos élevages et également permettre à nos jeunes de s'installer » conclut Arnaud Bessé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité