Aller au contenu principal

Gel
« Les dernières nuits ont été mouvementées »

Installé à Mérouville (Eure-et-Loir), betteravier et viticulteur, Rodolphe Couturier a subi de plein fouet la vague de gel sur ses deux cultures.

« Les dernières nuits ont été mouvementées, confiait Rodolphe Couturier le 9 avril. J'ai investi dans une tour antigel et j'ai allumé des bougies mais ça n'a pas suffi. Un technicien doit passer demain pour évaluer les dégâts mais je crains surtout que ce soit encore pire pour les betteraves ».

Quelques jours plus tard, l'exploitant n'est guère plus avancé pour sa vigne : « Il y a des dégâts mais c'est encore impossible à quantifier. Les bourgeons les plus précoces vont sauter mais certains vont repartir et d'autres apparaître. Il faut attendre la reprise de la végétation ».

Il est en revanche fixé pour ses betteraves : « C'est 100 % de dégâts, il faut tout refaire. Dans le secteur, l'impact est d'environ 50 %, souligne l'administrateur du secteur d'Artenay du groupe Tereos. Certaines parcelles n'ont rien, d'autres sont touchées totalement ou en partie. Tout dépend de la date du semis, de l'orientation des sillons, de la nature du sol, de sa couleur…

Tous les groupes sucriers s'approvisionnent en semences et elles vont arriver. De mon côté je ressème dès que possible. Mais des graines avec moins d'enrobage à cause de la législation… Il faut espérer qu'il n'y aura pas trop de pucerons cette année… Ça va encore être une campagne compliquée pour les planteurs ».

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité