Aller au contenu principal

Les entrepreneurs du campus visitent Syngenta

L’association du campus Les champs du possible a organisé le 16 mai, une rencontre sur le site chartrain de Syngenta.

L’association du campus Les champs du possible, constituée d’entrepreneurs euréliens intéressés par l’innovation en agriculture, organise régulièrement des « petits déjeuners » au sein d’entreprises du territoire. Jeudi 16 mai, c’est le site de Syngenta, à Chartres, qui a accueilli ce moment de convivialité et de découverte.

Avec ses collègues, le responsable de la station Emmanuel Berion a présenté à la trentaine de participants ce site spécialisé dans la recherche et le développement et dans la sélection et la production de semences de céréales.

Ils ont ensuite proposé une visite exhaustive du site et de ses équipements de pointe.

En matière de recherche et de développement, l’activité-phare du site repose sur la création de nouvelles variétés de céréales (blé tendre, orges), en particulier de semences de céréales hybrides.

Emmanuel Berion a détaillé le principe de l’hybridation et les réponses que ce procédé peut apporter aux attentes des agriculteurs : en résumé, cumuler les gènes favorables des pools mâle et femelle permet un gain de rendement, une meilleure tolérance aux maladies, une biomasse des plantes et une qualité des grains accrues.

Le site chartrain de Syngenta a ouvert en janvier 2017, il concentre sur 6 000 m2 les activités auparavant implantées à Orgerus (Yvelines).

Ce déménagement visait à bénéficier des « terres à fort potentiel de la Beauce », de la technicité des agriculteurs, et de la proximité de l’autoroute. Syngenta loue 160 hectares de champs autour de la station pour ses expérimentations.

Figure majeure de la production de produits sanitaires et de semences, le groupe suisse est né en 2000 de la fusion des activités agrochimiques de Novartis et d’Astra Zeneca. Il a été racheté il y a deux ans par le géant chinois de la chimie ChemChina.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité