Aller au contenu principal

Les horticulteurs vont poursuivre leur plan d’action

Le Cercle des horticulteurs d’Ile-de-France a tenu son assemblée générale fin janvier à Rungis (Val-de-Marne).

A Rungis (Val-de-Marne), le 30 janvier. Le Cercle des horticulteurs d’Ile-de-France a tenu son assemblée générale.

C’est au Marché d’intérêt national de Rungis (Val-de-Marne) que les adhérents au Cercle des horticulteurs d’Ile-de-France se sont retrouvés pour tenir leur assemblée générale.

Le 30 janvier en matinée, ils ont d’abord effectué une visite du nouveau pavillon des horticulteurs inauguré fin 2016. Un nouvel outil de commercialisation très apprécié des professionnels.

Le groupe a ensuite bénéficié de l’intervention de la responsable du bureau Diversification-marketing à la chambre d’Agriculture d’Ile-de-France, Françoise Chancel, avec qui ils ont longuement échangé sur les circuits courts, les nouveaux débouchés et les solutions de commercialisation envisageables par une collaboration accrue entre producteurs.

À partir de juin prochain, des groupes de travail verront le jour pour permettre aux horticulteurs de poursuivre la réflexion.

À la suite, un représentant d’Arexhor Seine-Manche a exposé le programme des essais et l’avancée de la construction de la station d’expérimentation à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).

Le responsable du service technique et économique de la chambre d’Agriculture, Christophe Dion a, lui, présenté les dernières actualités de la structure.

Enfin, la conseillère technique du Cercle, Isabelle Cadiou, a dressé le bilan de l’année 2016 et présenté les objectifs pour 2017.

« L’année qui s’est achevée a été très complexe pour les producteurs en raison du printemps catastrophique » a t-elle affirmé : « Si les cultures sous serre n’ont pas été inondées, il n’en reste pas moins que la commercialisation a été catastrophique, car les fortes pluies n’ont absolument pas incité les consommateurs à acheter. De plus, l’état sanitaire des cultures a été difficile à maintenir en raison de l’humidité importante sous serres. »

Comme dans tous les secteurs agricoles, de nombreuses entreprises horticoles se trouvent donc avec des problèmes importants de trésorerie.

En 2017, de nouvelles formations seront proposées aux horticulteurs, le suivi des entreprises à travers le conseil stratégique et économique se poursuivra également, tout comme les clubs techniques vivaces, cyclamens et poinsettias.

L’année verra aussi la poursuite d’un projet de filière pour les plantes médicinales et à parfum.

Porté par la chambre d’Agriculture et l’association pour le développement des plantes aromatiques (Adepam) de Milly-la-Forêt, ce projet permet à cinq horticulteurs et au lycée agricole de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) de travailler sur la multiplication des plants destinés aux agriculteurs.

Cinq espèces sont en cours de multiplication pour une livraison au printemps et plantation dans les parcelles. 

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité