Aller au contenu principal

Les JA du Gâtinais Est font coup double !

Les Jeunes Agriculteurs du Gâtinais Est, lauréats de l’édition 2017 du concours Bien dans mes bottes, se sont à nouveau imposés cette année. À la clé, un chèque de 3.000 €.

La remise du chèque a eu lieu lors du conseil mixte qui s’est tenu le 14 mai dernier à Égry.
La remise du chèque a eu lieu lors du conseil mixte qui s’est tenu le 14 mai dernier à Égry.
© Olivier Joly

Implanté à Beauvais (Oise), Isagri édite des logiciels pour les agriculteurs, les artisans et les commerçants. En 2018, l’opérateur a organisé la deuxième édition de son concours national Bien dans mes bottes. Comme l’explique Maud Lecomte, responsable commerciale, l’objectif était de répondre à la problématique suivante : « Vous êtes l’avenir de nos campagnes : montrez-le nous ! » Le concours s’adresse aux jeunes agriculteurs et le support utilisé est la vidéo. La première année, sept groupes avaient tenté leur chance. Cette année, ils étaient quinze : groupements d’éleveurs, groupements de JA, etc. Les vidéos devaient être postées sur les réseaux sociaux avant le 4 mars et les votes avaient lieu jusqu’au 20 mars. À la clé : un chèque de 3.000 € pour les vainqueurs (NDLR : 1.000 € pour les deuxièmes et 500 € pour les troisièmes). Or comme en 2017, ce sont les Jeunes Agriculteurs du Gâtinais Est qui l’ont emporté. «Je félicite les JA du canton ! » déclare Maxime Buizard-Blondeau, président des JA du Loiret.

Trois chemins possibles
Le mouvement a parfaitement fait jouer ses réseaux puisque la vidéo a enregistré 1.500 vues sur Youtube. Dix personnes ont été impliquées dans le projet. Parmi elles : Pierrick Pigot, président cantonal des JA du Gâtinais Est, Cédric Perdereau et Maxence Beets, administrateurs départementaux. « Déjà vainqueurs en 2017, nous remettions notre titre en jeu » indiquent les trois leaders. Cette année, le groupe avait réalisé une vidéo de quatre minutes. « Nous avons voyagé dans le temps à travers trois chemins possibles pour l’agriculture : deux pessimistes et un optimiste et désiré. » En l’occurrence, les circuits courts avec des commandes par smartphone et des livraisons par drone : viande, légumes, lait, etc. Commentaire de Clément Mercier, trésorier départemental : «Nous promouvons une agriculture à taille humaine :
installer des jeunes sur une grosse structure est impossible. »
Le projet nécessita une soirée pour écrire le scénario, deux demi-journées de tournage et dix heures de montage. Lors du conseil mixte qui s’est tenu le 14 mai dernier à Égry (lire par ailleurs), Maud Lecomte a remis un chèque de 3.000 € aux lauréats. La moitié de cette somme sera reversée aux instances départementales des JA. Quant à l’autre moitié, elle sera conservée par l’échelon cantonal. En 2017, l’argent avait servi à acquérir une MoissBatCross. L’enveloppe obtenue cette année permettra de développer la machine. En attendant, pourquoi pas, de réaliser la passe de trois en 2019 !

Les plus lus

Un projet de la Scael présenté au ministre Olivier Dussopt
Le ministre Olivier Dussopt est allé à la découverte du projet Sensoriel développé par le groupe coopératif Scael autour du…
Réussir son colza avec la Chambre et Terres Inovia
Deux visites d'essais ont été organisées par la chambre d'Agriculture en partenariat avec Terres Inovia. Le 10 mai, autour de la…
Les 9 et 10 juin, plateforme bio, conventionnelle et élevage
La troisième plateforme de la chambre d'Agriculture aura lieu les 9 et 10 juin à Saint-Martin-de-Bréthencourt (Yvelines).
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Sophie Bourcier, fondeuse de bronze
Portrait Sophie Bourcier est depuis une quinzaine d’années fondeuse de bronze à Bagneaux-sur-Loing (Seine-et-Marne), où elle a…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Publicité