Aller au contenu principal

Les Jeunes chasseurs repartent de plus belle

L’association des Jeunes chasseurs d’Eure-et-Loir renaît de ses cendres sous la houlette de sa nouvelle présidente, Sophie Caré.

Le 17 octobre, à La Gaudaine. Les membres de l’association des Jeunes chasseurs d’Eure-et-Loir, présidée par Sophie Caré (3e à d), se retrouvent régulièrement pour chasser ensemble.
Le 17 octobre, à La Gaudaine. Les membres de l’association des Jeunes chasseurs d’Eure-et-Loir, présidée par Sophie Caré (3e à d), se retrouvent régulièrement pour chasser ensemble.

Après un temps de sommeil de quelques années, l’association des Jeunes chasseurs d’Eure-et-Loir semble être repartie du bon pied depuis mai.

En effet, Sophie Caré, la nouvelle présidente de l’association, a repris les choses en main : « Je suis fille de chasseur, mon père est administrateur à la Fédération départementale des chasseurs, j’ai toujours baigné dans ce monde là. Et avec quelques amis, nous nous sommes aperçus que nous chassions la plupart du temps avec des gens âgés... Nous avons voulu inverser cette tendance. »

Rapidement, un groupe se constitue : « Au début, nous avons eu du mal à recruter, mais la Fête de la chasse à Chenonville (le 30 août) a singulièrement accéléré les choses : nous avons triplé le nombre d’adhérents dans la journée ! », se réjouit-elle.

Si l’objectif avoué de l’association eurélienne est de constituer un groupe de jeunes motivés, elle va s’attacher à faire découvrir d’autres types de chasse comme la vénerie sous terre ou la chasse aux oiseaux migrateurs et « permettre à ceux qui n’ont pas de territoire de pouvoir chasser », pointe-t-elle.

Aujourd’hui, l’association compte une quarantaine de membres, dont quatre jeunes femmes : « Les femmes sont encore en peu nombreuses dans l’association, nous espérons que ce nombre va augmenter... »

Entre deux parties de chasse, l’association organise, en partenariat avec la fédération eurélienne, des stages de perfectionnement avec la fondation François-Sommer. Mais surtout, ses membres se retrouvent le plus souvent possible pour chasser ensemble...

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité