Aller au contenu principal

Les mines de phosphates, une prise «symbolique» pour l'Etat islamique

Les mines de phosphates, dont s'est emparé le 25 mai l'Etat islamique (EI) en Syrie, représentent une prise «symbolique», étant donné la difficulté d'exploiter ou de revendre ce minerai servant à la fabrication d'engrais, selon un expert.

Car le phosphate brut que contiennent les mines de Khnaifess, près de Palmyre, «est inutilisable en tant que tel», explique le professeur Philippe Chalmin. Il faut d'abord le transformer en acide phosphorique, puis en diammonium phosphaté (DAP), qui entre dans la composition des engrais agricoles. Un procédé techniquement hors de portée de l'EI, contrairement à ce qui se passe pour le pétrole, «que l'on peut quasiment raffiner dans son arrière-cuisine», précise l'universitaire. De plus, selon lui, il n'existe probablement pas de marché noir du phosphate qui permettrait d'écouler clandestinement le produit de la mine. Même si les mines de Khnaifess sont présentées comme les deuxièmes plus importantes de Syrie, la prise est donc «plus de l'ordre du symbolique», car les dijhadistes «ne peuvent pratiquement pas revendre ce phosphate». Estimer la production syrienne de phosphates est «très difficile», mais «je pense qu'elle n'est pas énorme», calcule le spécialiste.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Publicité