Aller au contenu principal

Musée
Les miniatures de Vauban

Le Musée des plans-reliefs, situé aux Invalides (Paris, VIIe arrondissement), abrite une collection de maquettes des places fortes françaises.

Une bien singulière collection occupe le dernier étage d’une aile de l’Hôtel des Invalides (Paris VII), le Musée des plans-reliefs. Il regroupe vingt-huit maquettes des plus importantes places fortes de France, telles qu’elles étaient sous Louis XIV et ses successeurs.

La construction de ces imposantes reconstitutions a débuté dès 1668, quand la région des Flandres a été conquise par le roi. Il a alors été décidé de fortifier la toute nouvelle frontière. Pour suivre la progression des chantiers, des maquettes en relief sont construites. Ainsi, le roi, restant en Île-de-France, contrôlait la réalisation des projets, tout en pouvant suggérer des modifications.

Les fortifications de type Vauban, édifiées le long des frontières du royaume, seront construites jusqu’à la fin du XIXe siècle, quand les progrès de l’artillerie rendent obsolètes ces sites défensifs. Sur cette période, ce sont 260 plans-reliefs qui seront réalisés, pour représenter 150 sites fortifiés. Une partie des maquettes a été détruite par les Prussiens en 1815, à la suite de quoi la collection a été reconstituée et mise à jour.

De manière générale, les maquettes sont réalisées à une échelle de 1/600e. D’abord situés à Lille (Nord) et à Béthune (Pas-de-Calais), les ateliers sont regroupés en 1756 au Louvre avant de rejoindre les combles des Invalides, sous Louis XVI, où les maquettes sont toujours abritées. Du bois et du carton mâché étaient utilisés pour leur construction, à renfort de colle, de peinture ou encore de papier. Les dimensions gigantesques des maquettes ne permettant pas une réalisation en un bloc, tout était fabriqué sur plusieurs tables de petite dimension, assemblées une fois le travail terminé. Ainsi, le plan-relief de Bayonne, construit entre 1819 et 1822, mesure plus de six mètres sur huit et a nécessité vingt-huit tables. Celui de Toulon, d’une envergure moindre, a quant à lui mobilisé treize tables.

Aujourd’hui, ces maquettes ont une valeur informative non négligeable, permettant de connaître avec précision ce à quoi ressemblait le relief des citadelles et des villes représentées. C’est notamment le cas avec la maquette du Mont-Saint-Michel (Manche), construite en 1701, qui présente une silhouette totalement différente de l’actuelle. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les élèves de Viollet-le-Duc rénoveront l’abbaye et construiront sa flèche si caractéristique.

Les maquettes de Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales), Saint-Tropez (Var) ou encore de Belle-Île (Morbihan) sont également exposées au public.

+ d’infos :

Musée des plans-reliefs, 129 rue de Grenelle, 75007 Paris.
Billet couplé au reste des Invalides. Tarif : 14 euros, tarif réduit et gratuité sous conditions.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité