Aller au contenu principal

Les producteurs ont toute leur place à Rungis

Christian Vanpoucke est ancien maraîcher à Chailly-en-Bière (Seine-et-Marne). Il évoque le Min de Rungis, qui souffle cette année ses cinquante bougies.

«  Alors que je venais d’avoir mon permis, au volant de la camionnette aux côtés de mon père, j’ai participé à un exercice de simulation peu de temps avant l’ouverture du Min de Rungis. Tous les producteurs sont alors allés s’y stationner, raconte Christian Vanpoucke, ancien maraîcher à Chailly-en-Bière. Ce souvenir reste gravé dans ma mémoire un demi-siècle plus tard ».

Lui qui a accompagné ses parents dès son plus jeune âge à Paris, où les producteurs s’installaient sur les trottoirs, il tient à rappeler que deux ans avant l’ouverture du Min de Rungis, aucune place n’était prévue pour les maraîchers et arboriculteurs. « Seuls les intermédiaires disposaient d’emplacements. »

C’est à cette époque que l’AIDPFL (Association interdépartementale des producteurs de fruits et légumes) voit le jour avec l’appui de M. Courtel, et d’autres producteurs spécialisés, dont le père de Christian Vanpoucke, en lien avec la FDSEA. « C’est le syndicat qui a fait qu’on a eu une place à Rungis. » 

Ainsi, huit hangars ouverts ont permis aux 350 producteurs de fruits et légumes de s’installer sur ce marché qui s’est transformé au fil des ans. Le nombre de hangars s’est réduit, tout comme le nombre de producteurs (une cinquantaine aujourd’hui).

« Les Halles, qualifiées de ventre de Paris, représentaient le marché de la capitale. Aujourd’hui, c’est devenu un marché international, où traçabilité et sécurité alimentaire sont garanties, mais les producteurs locaux y ont toute leur place avec des produits frais acheminés sans beaucoup de transport ».

Dans le même temps, face à l’urbanisation galopante de la petite couronne, les maraîchers se sont progressivement éloignés de la capitale. C’est ainsi que nombre d’entre eux, comme la famille Vanpoucke, se sont installés à Chailly-en-Bière, d’où Rungis est accessible facilement.

Un nouveau tournant interviendra en 2004 : l’ouverture du Carreau des producteurs grâce à l’appui de la Région, en lien avec la Semmaris.

« Cet outil moderne a touché ma génération », souligne Christian Vanpoucke, qui ajoute : « Le Min a permis de se développer tout en continuant à vendre en direct au client »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité