Aller au contenu principal

Les sept règles d’or pour la réussite du semis de tournesol

Avoir un tournesol robuste pour limiter les stress biotiques (ravageurs, maladies, adventices) et abiotiques (facteurs climatiques) tout au long du cycle passe par une bonne implantation. Les conseils de Terres Inovia.

La bonne implantation d'une culture de tournesol va être conditionnée, d’une part, par une préparation du sol exigeante et, d’autre part, par une réussite du semis pour sécuriser le peuplement.

Quelques étapes clés

Les sept clés de réussite sont :

- semer sur un sol suffisamment réchauffé : la température minimale du sol pour déclencher le semis est de 8 °C à 5 cm de profondeur. L’objectif est d’assurer une croissance rapide et dynamique du tournesol pour sécuriser l’installation du peuplement et limiter l’impact des ravageurs (limaces, taupin, oiseaux) ;

- assurer des conditions thermiques post-semis favorables : les besoins en température du tournesol sont compris entre 90 °C et 110 °C jours, base 6 °C, pour atteindre la levée. De ce fait, privilégiez des conditions thermiques post-semis avec des températures chaudes (en évitant les amplitudes thermiques) pour favoriser une levée rapide et dynamique ;

- semer à la bonne date : privilégier une date de semis comprise entre la première quinzaine d’avril (avec un sol suffisamment réchauffé) et le 20 mai pour éviter les récoltes trop tardives. Cette période de semis assez large vous permet d’ajuster vos stratégies de désherbage (faux-semis, déchaumage, etc.) en agriculture biologique en fonction de votre contexte sanitaire (adventices) ;

- semer dans le frais : en sol frais (humidité suffisante du sol), privilégier un semis à 2-3 cm, tandis qu’en conditions plus sèches, semer plus profond, à 4-5 cm, pour aller chercher la fraîcheur ;

- viser un seuil de 50 000 plantes levées/hectare. C’est l’objectif à atteindre pour sécuriser la production et la teneur en huile. Pour tenir cet objectif, adapter votre densité de semis à votre contexte pédoclimatique (type de sol, contrainte hydrique, irrigation) ;

- privilégier des écartements entre 45-60 cm pour une meilleure valorisation de l’espace et des ressources du sol. Pour les semoirs monograines, on privilégie des écartements entre 45-60 cm. Les écartements plus larges (75-80 cm) sont à éviter car ils concentrent les plantes sur la ligne de semis et induisent des concurrences entre plantes provoquant des pertes de rendement de l’ordre de 2 à 4 q/ha ;

- adapter la vitesse de semis : viser 6 km/h maximum pour avoir une bonne régularité de peuplement. Si vous êtes équipé d’un semoir de précision rapide, vous pouvez augmenter la vitesse de chantier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité