Aller au contenu principal

Les Serres de Misery impactées de plein fouet par le confinement

Les mesures de confinement impactent fortement la filière horticole francilienne. À Vert-le-Petit (Essonne), les Serres de Misery sont frappées de plein fouet. Frédéric Hervy témoigne.

À Vert-le-Petit (Essonne), les habitants voient en ce moment fleurir des champs entiers de tulipes. Un paysage à la hollandaise certes magnifique mais qui désole profondément Frédéric Hervy, à la tête des Serres de Misery depuis seulement deux ans.

Depuis le début de la crise liée au coronavirus, l’horticulteur doit affronter de nombreuses difficultés pour maintenir son exploitation à flot.

«  Les champs de tulipes fleurissent mais ça n’aurait jamais dû être le cas. Normalement, je les coupe vertes, explique amèrement l’horticulteur. Les difficultés ont commencé dès les premières restrictions et fermetures de marchés de l’Oise. Certains clients de marchés avaient commencé à réduire, voire stopper leurs achats. Et puis, la catastrophe est arrivée lors de l’annonce du confinement lorsque le pavillon C1 du Min de Rungis a fermé du jour au lendemain. Or, c’est notre unique débouché en temps normal  !  ».

Si quelques épiceries fines parisiennes ont pris le relais de fleuristes ayant fermé boutique, les volumes écoulés sont incomparables. «  Cela représente à peine un dixième de mes ventes à la semaine. Je produis 800 000 tulipes à l’année, c’est ma production principale. Le reste est en train de partir au composteur, c’est un désastre  », constate celui qui produit toute l’année fleurs coupées et feuillages exclusivement en pleine terre.

Si en temps normal les Serres de Misery comptent huit salariés, aujourd’hui les effectifs sont quasiment réduits de moitié. «  Certains sont en chômage partiel et d’autres m’ont carrément donné leur démission  », soupire Frédéric Hervy.

Pourtant, le producteur aurait bien besoin de main-d’œuvre. «  Il a fallu vider et nettoyer la chambre froide, environ 100 000 tulipes. Il faut également détruire progressivement la production dans les champs. Et puis, on tente d’entretenir la production de renoncules au cas où un redémarrage serait possible dans les prochaines semaines, mais on est dans le flou total, on ne sait même pas si ce sera possible et si ce que l’on fait est utile  !  »

Aux Serres de Misery, Frédéric Hervy continue également de recevoir les commandes de graines et jeunes plants qu’il avait passées pour les productions à venir. «  C’est le même casse-tête, il va falloir les implanter sans savoir ce qu’on pourra en faire.  »

Le producteur soulève alors les difficultés financières importantes auxquelles il doit faire face et concède avoir du mal à imaginer la sortie de crise.

«  Il faut payer les charges, les commandes, avancer le chômage partiel de mes salariés… Je n’ai que des sorties d’argent et aucune entrée et pour le moment, les banques ne nous aident pas vraiment  ! Sans compter l’éventualité que certains de nos clients puissent ne jamais rouvrir, et nous laisser avec des impayés. Honnêtement, je ne suis pas très serein sur l’avenir. J’espère simplement que nous pourrons nous relever de cette crise, mais ce n’est même pas certain.  »

Marine Guillaume

Photo : EPA

Les Serres de Misery viennent de créer une boutique en ligne pour les professionnels, qui sera prochainement aussi disponible pour les particuliers.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Publicité