Aller au contenu principal

Loi d'Avenir
Les syndicats espèrent encore faire évoluer la loi d’avenir

Les syndicats sont mitigés après le vote de la Loi d’avenir agricole. La FNSEA juge que le projet « ne répond pas complètement aux préoccupations des agriculteurs » et attend du Sénat, qui doit examiner le texte en avril, « des améliorations substantielles ».

 

Les syndicats sont mitigés après le vote de la Loi d’avenir agricole. La FNSEA juge que le projet « ne répond pas complètement aux préoccupations des agriculteurs » et attend du Sénat, qui doit examiner le texte en avril, « des améliorations substantielles ». Elle veut s’assurer que « les GIEE répondent aux besoins d’innovation au bénéfice du plus grand nombre », que le dispositif interprofessionnel soit pérennisé, et qu’un « véritable statut professionnel de l’agriculteur » soit mis en place. La Confédération paysanne regrette que « l’ouverture de l’accès au métier reste très contenue, la diminution de l’usage des pesticides et antibiotiques est très limitée, le pluralisme syndical n’est toujours pas pleinement assumé », mais elle assure que « tout n’est pas encore joué ». François Thabuis, président des Jeunes agriculteurs, se félicite de la création « d’outils qui faciliteront la mise en relation entre cédants et jeunes agriculteurs » et de l’adaptation du contrat de génération à l'agriculture (qui concernera les salariés entre 26 et 30 ans). Considérant qu’ « il reste des sujets sur lesquels la loi peut être améliorée », il veut utiliser le Salon de l’agriculture pour mener campagne. S’il est mitigé sur les mesures concernant le foncier, il salue « l’élargissement du droit de préemption des SAFER ». Sur le sujet, la Coordination rurale « déplore ce dirigisme dans le paysage foncier rural où le droit de propriété est sans cesse bafoué », et craint par ailleurs que la définition de l’agriculteur actif « exclue du bénéfice des aides PAC les agriculteurs retraités et les pluriactifs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité