Aller au contenu principal

Magazine
Les temples jumeaux d’Abou Simbel

Construits il y a plus de trois mille ans, les deux temples égyptiens d'Abou Simbel auraient dû être recouverts par les eaux à la suite de la construction d'un barrage dans les années 60. C'était sans compter sur un chantier pharaonique qui a permis de les déplacer.

Situés en Nubie, au sud de l’Égypte et au nord du lac Nasser, les deux temples d’Abou Simbel ont été intégralement déplacés afin d’être sauvés des eaux. Grâce à ce sauvetage orchestré par l’Unesco, ces trésors antiques sont encore aujourd’hui visibles de tous.

La pharaon Ramsès II

Les temples d'Abou Simbel sont deux temples de l'Égypte antique taillés dans la roche. Construits par le pharaon Ramsès II, ils commémorent la victoire de 1275 avant J.-C. sur les Hittites à Qadesh et devaient rappeler à la Nubie la domination égyptienne. Le premier temple était destiné au culte de Ramsès II, tandis que le second était consacré à son épouse Néfertari. Cette dernière y est déifiée sous les traits d'Hathor, la déesse de l'amour, de la beauté, de la musique, de la maternité et de la joie. Bâtis volontairement à près de mille kilomètres de la Vallée des Rois, les temples règnent majestueusement, sans aucune concurrence alentour. Le premier temple possède une façade de 33 mètres de haut et 38 mètres de large. Au fil des siècles, le sable pénétra en leur sein et les ensevelit pendant des millénaires.

Sauvetage historique

Redécouverts en 1813, les deux temples ont dû être déplacés de leur colline d’origine. En effet, en 1960, le projet de construction du haut barrage d’Assouan, sur le Nil, menaçait de les submerger. Pensé par le président égyptien de l’époque, ce barrage de près de 4 000 mètres de long avait pour objectif d’empêcher les inondations, de générer de l’électricité et d’encourager l’agriculture dans la région. Afin de les sauver des eaux, les temples jumeaux ont donc été taillés en plus d’un millier de blocs et déplacés 65 mètres plus haut, sur une colline artificielle. Le démontage prit fin en avril 1966, suivi de la reconstruction.

Rayons de soleil divins

Lors de leur construction, les temples d’Abou Simbel ont été conçus pour que les rayons du soleil éclairent le fond du sanctuaire, les matins des 21 février et 21 octobre. Une fois déplacés, ce phénomène a été décalé. Le sanctuaire est maintenant éclairé les 23 février et 23 octobre. Le coût total de ce sauvetage est estimé à 47 millions de dollars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité