Aller au contenu principal

Les Universités du soir font le point sur les avancées de l’agriculture numérique

La chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir a consacré ses treizième Universités du soir à l’agriculture numérique le 20 novembre à Châteaudun. La soirée a fait la part belle aux témoignages dans un amphithéâtre du campus Les champs du possible archicomble.

C’est sur une thématique qu’elle maîtrise parfaitement que la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir a organisé le 20 novembre à Châteaudun, ses treizième Universités du soir.

En effet, le numérique agricole fait désormais partie de son ADN et elle s’est donc attachée lors de cette soirée d’en souligner les applications concrètes à travers, entre autres, des témoignages d’agriculteurs et de start-up.

Et tout naturellement, elle a fait le choix de tenir ses universités dans l’amphithéâtre du campus Les champs du possible qui s’est retrouvé vite bien rempli.

Avant de laisser la parole aux agriculteurs, tout a commencé par un exposé très synthétique de ce que recouvre la notion d’agriculture numérique aujourd’hui par le chargé de mission sur ces questions au sein de la chambre eurélienne, Jérôme Damy.

Pour lui, l’agriculture numérique n’est pas la troisième révolution agricole mais une évolution. Et celle-ci passe par le smartphone. De fait, sondage à l’appui, l’écrasante majorité des agriculteurs présents en ont un et ne s’en servent pas uniquement pour téléphoner...

« Demain, la télécommande de l’agriculteur sera son smartphone », pointe-t-il. Le smartphone servira donc à collecter toutes les données issues d’une série d’objets connectés et à les piloter.

Jérôme Damy brosse alors le panorama de tout ce qui existe dans le domaine actuellement, de la station météo locale à la détection des adventices en passant par les sondes de mesure des températures de stockage ou les compteurs d’énergie.

Autant d’objets qui sont d’ailleurs testés sur la ferme de la chambre à Miermaigne, qui devient de fait une vitrine de ces nouvelles technologies permettant également d’en tester la pertinence.

Mais ce sur quoi la chambre d’Agriculture eurélienne est à la pointe, c’est sur le développement d’une application qui se veut être un véritable tableau de bord unique concentrant sur un même portail toutes les données issues des différents capteurs.

Compatible avec l’ensemble des objets connectés, quelle que soit sa marque, il évite ainsi aux agriculteurs d’avoir à jongler avec différentes applications et réduit ses frais d’abonnements. Ce travail, la chambre cherche aujourd’hui à le faire adopter au niveau national. Histoire d’en amortir le coût et de bien partager son ADN...

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité