Aller au contenu principal

L’excellence du safran de La Chapelle-Vicomtesse

Stéphane Thévenet et Fabrice Bauer, producteurs de safran à La Chapelle-Vicomtesse, ont raflé la médaille d’or au Salon de l’agriculture.

Voilà un peu plus de dix ans que Stéphane Thévenet et Fabrice Bauer se sont lancés dans la production de safran, « or rouge », sur les terres argileuses de l’exploitation située dans le Perche vendômois. Première safranière installée en Loir-et-Cher, Le safran de La Chapelle-Vicomtesse compte aujourd’hui 0,5 hectare dédié à la culture du safran (soit six carrés de 200 m2) et 3 400 m2 en verger et culture.

« L’installation d’une safranière est un travail qui s’inscrit sur le long terme. Il faut compter trois à cinq ans de mise en place », explique Stéphane Thévenet.

Passionnés et passionnants, les deux safraniers ont à cœur d’expliquer aux visiteurs l’importance du safran dans l’histoire de la France et de la région Centre, ses légendes, ses usages, sa culture, ses vertus, ses utilisations culinaires, et aussi comment reconnaître le vrai du faux safran.

Pour une qualité optimale du safran, la culture du crocus sativus (fleur violette dont est tiré le filament qui fait le safran) est manuelle, sans utilisation de produits intrants. « Le travail s’apparente plus à celui d’un jardinier qu’à celui du céréalier », s’amuse Fabrice Bauer. 

Plantée de juillet à la mi-septembre, la fleur fleurit dès le mois d’octobre.

« Il nous faut la cueillir rapidement mais délicatement le matin, enchaîner par l’émondage des précieux filaments rouges, puis le séchage dans des fours électriques, et enfin du repos durant quelques semaines », détaille Stéphane Thévenet.

Le safran de La Chapelle-Vicomtesse fait partie de la famille des safrans culinaires, aussi bien salé que sucré. « C’est un fantastique exhausteur de goût, qui harmonise les saveurs et rend la cuisine plus goûteuse », affirme Fabrice Bauer.

Pour varier les goûts et plaisirs, différents produits sont proposés à la vente : confitures et gelées safranées (aux fruits de saison), sauce citron safranée, safran en filaments millésimé, et aussi des bulbes de crocus.

« Nous sommes dans une dynamique constante de recherche de qualité. Et la qualité d’un safran dépend du terroir, de la tradition et du savoir-faire du safranier », souligne Stéphane Thévenet. Qualité connue et reconnue, puisque le safran ou plus précisément « le safran en filaments millésimé 2017 » a été honoré de la médaille d’or au concours général agricole 2018.

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité