Aller au contenu principal

Liska Llorca, plasticienne habitée

Liska Llorca est une artiste plasticienne basée dans le Vendômois. Sa matière fétiche, c’est la terre.

« Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives. »
« Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives. »

D’apparence presque fragile à la première rencontre, Liska s’anime dès qu’on évoque son métier.  Elle est artiste plasticienne. « Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives… Et j’ai toujours dessiné, dessiné, dessiné... » Surtout des chevaux. Les Vendômois auront peut-être croisé une de ses œuvres équestres sur les murs de la ville, figures à la fois précises et mouvantes. Elle travaille depuis une dizaine d’année autour de la peinture live, notamment avec des cavaliers, sur des performances mi-picturales mi-équestres, « un projet d’enfance ! Le premier à me tendre la main a été Pascal Pierrat. »

Dans une première vie, Liska Llorca a « enchaîné les petits boulots », qui ont contribué à sa formation d’artiste : « travailler avec des gens différents, voir des gens différents, des souffrances différentes, ça nourrit le discours de l’artiste. »
Peinture, dessin… pas seulement. « Plasticienne, ça veut dire travailler n’importe quelle matière pour créer des installations artistiques ». Sa matière de prédilection, c’est, sans hésitation, « la terre ! ». Elle s’enthousiasme : « la terre, ça nourrit, ça soigne, ça se mange, ça enterre… Ca peut boire ou refuser l’eau. La terre parle, elle raconte des histoires ». Cet attachement quasi-viscéral à la terre l’a amenée à créer « Le blé pousse, il sera coupé », en 2011, à Selommes. Il s’agit un festival participatif qui mêle arts contemporains et arts ruraux. Pour Liska, c’est une façon de « rendre hommage à la terre et à ceux qui nourrissent les hommes ». L’édition 2014 a eu lieu fin juin. Quelques jours plus tôt, Liska annonçait le festival en créant un « crop circle » - une figure circulaire dans un champs - à Cellé. Elle commente « le crop circle a beaucoup fait parler. Ca évoque les fées, les aliens, les ondes, les nanotechnologies, le système solaire… » Toujours en ébullition, Liska déborde de projets : livres pour enfants, graff’, spectacle équestre et « deux gros projets de land art ».

Les plus lus

Joffrey Mulon.
Joffrey Mulon, compagnon du goût
Joffrey Mulon est artisan boucher-charcutier-traiteur à Sully-sur-Loire (Loiret). Sélectionné parmi les meilleurs artisans de…
Temps de pauses
Avec son projet photographique Identité paysanne, l’artiste Pauline Weber pose un regard touchant sur son père et l’attachement…
La vente du domaine de Grignon est reportée au 31 décembre.
Grignon : coup d'arrêt pour la vente du domaine
L'État a reporté la signature du compromis de vente du domaine au 31 décembre.
Les bottes de haricots sont pleines.
150 tonnes de haricots refusées à cause du datura
Emmanuel Calers, installé à Souvigny-en-Sologne, s'est vu refuser la totalité de sa production de haricots en raison de présence…
À 28 ans, Pierre Carvalho lance l'application Lioca pour promouvoir le « mieux manger ».
Lioca : une plateforme de vente pour valoriser le local
Début septembre, Pierre Carvalho a lancé la plateforme Lioca afin de proposer aux Orléanais des produits locaux et, pour la…
Le 27 septembre à Pussay (Essonne). Valérie Lacroute a débuté sa journée de visite chez le Jeune agriculteur Victor Rabier dans son exploitation de grandes cultures.
Valérie Lacroute sur les terres ouest franciliennes
La nouvelle vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Valérie Lacroute, a effectué une première…
Publicité