Aller au contenu principal

Liska Llorca, plasticienne habitée

Liska Llorca est une artiste plasticienne basée dans le Vendômois. Sa matière fétiche, c’est la terre.

« Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives. »
« Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives. »

D’apparence presque fragile à la première rencontre, Liska s’anime dès qu’on évoque son métier.  Elle est artiste plasticienne. « Depuis que je suis petite, je m’intéresse aux impressions, aux images visuelles, sonores, olfactives… Et j’ai toujours dessiné, dessiné, dessiné... » Surtout des chevaux. Les Vendômois auront peut-être croisé une de ses œuvres équestres sur les murs de la ville, figures à la fois précises et mouvantes. Elle travaille depuis une dizaine d’année autour de la peinture live, notamment avec des cavaliers, sur des performances mi-picturales mi-équestres, « un projet d’enfance ! Le premier à me tendre la main a été Pascal Pierrat. »

Dans une première vie, Liska Llorca a « enchaîné les petits boulots », qui ont contribué à sa formation d’artiste : « travailler avec des gens différents, voir des gens différents, des souffrances différentes, ça nourrit le discours de l’artiste. »
Peinture, dessin… pas seulement. « Plasticienne, ça veut dire travailler n’importe quelle matière pour créer des installations artistiques ». Sa matière de prédilection, c’est, sans hésitation, « la terre ! ». Elle s’enthousiasme : « la terre, ça nourrit, ça soigne, ça se mange, ça enterre… Ca peut boire ou refuser l’eau. La terre parle, elle raconte des histoires ». Cet attachement quasi-viscéral à la terre l’a amenée à créer « Le blé pousse, il sera coupé », en 2011, à Selommes. Il s’agit un festival participatif qui mêle arts contemporains et arts ruraux. Pour Liska, c’est une façon de « rendre hommage à la terre et à ceux qui nourrissent les hommes ». L’édition 2014 a eu lieu fin juin. Quelques jours plus tôt, Liska annonçait le festival en créant un « crop circle » - une figure circulaire dans un champs - à Cellé. Elle commente « le crop circle a beaucoup fait parler. Ca évoque les fées, les aliens, les ondes, les nanotechnologies, le système solaire… » Toujours en ébullition, Liska déborde de projets : livres pour enfants, graff’, spectacle équestre et « deux gros projets de land art ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité