Aller au contenu principal

L’Ozanne sous tous les profils

le bassin versant de l’Ozanne doit faire l’objet d’attentions particulières.

Désormais, tout le monde est d’accord sur ce point : le bassin versant de l’Ozanne doit faire l’objet d’attentions particulières. Une étude menée par la chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir entre 2008 et 2011 a relevé qu’il était possible de limiter le transfert de désherbants dans les sols en respectant un certain nombre de préconisations. Depuis, les coopératives et négoces du secteur se sont mobilisés aux côtés de la chambre consulaire pour sensibiliser les agriculteurs du secteur. Mais nombre d’entre eux le sont déjà, comme Stéphane Raimbert, sur la parcelle de qui se déroulait la première visite .Dans ce cadre, les prescripteurs ont organisé le 18 septembre à Yèvres, puis à Miermaigne, deux visites de profils de sols. D’abord parce que Thierry Savoie et Daniel Lorgeoux sont toujours heureux de commenter ces profils — le premier, agronome de la chambre, s’est plu à rappeler le passé tropical du climat qui régnait là il y a quelques dizaines de millions d’années, responsable de la formation de l’argile à silex tandis que le second, agronome à la Scael, a considéré les aspects agronomiques de ces profils. 

Et ensuite parce que pour pouvoir adapter les conseils des prescripteurs à la singularité de ses parcelles, il convient de savoir de quoi il retourne. Sur ce point, les deux agronomes se sont accordés sur le lessivage d’un certain nombre de composés chimiques de ces sols — azote, souffre, calcium, magnésie, potasse… — qui engendrent leur acidification. « Ça a un coût, une demi-tonne de calcaire par an et par hectare », a précisé Daniel Lorgeoux, ajoutant : « mais cela fait partie de la dette à payer pour être là… »

Mais l’enjeu primordial pour appliquer les prescriptions est de connaître la réserve utile de ses sols. En effet, le lessivage est d’autant plus important que la réserve utile est pleine. Or cette réserve utile varie d’un type de sol à l’autre. Elle est ainsi plus importante dans les limons profonds que dans les terres caillouteuses. C’est pourquoi les prescripteurs fournissent désormais aux agriculteurs un bulletin hebdomadaire de suivi de la réserve utile du bassin selon le type de sol et un référentiel qui permet de les identifier (voir encadré).

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité