Aller au contenu principal

Contrat de solutions
Lutter contre le puceron sur betterave

À l'initiative de la FNSEA, le Contrat de solutions, c'est 45 partenaires agricoles, engagés ensemble pour trouver des solutions concrètes, efficaces et durables pour protéger les cultures. Zoom sur les moyens de lutte contre les pucerons, vecteurs de jaunisses virales sur betterave.

Grâce au Contrat de solutions, plus de cent solutions pour réduire l’utilisation et l’impact des produits phytosanitaires sont déjà disponibles. Ici, la lutte contre les pucerons, vecteurs de jaunisses virales sur betterave.
Grâce au Contrat de solutions, plus de cent solutions pour réduire l’utilisation et l’impact des produits phytosanitaires sont déjà disponibles. Ici, la lutte contre les pucerons, vecteurs de jaunisses virales sur betterave.
© FNSEA CVL

Les évolutions récentes, notamment réglementaires, ont amené les agriculteurs à repenser leurs systèmes de culture et leurs itinéraires techniques afin de pallier les difficultés agronomiques rencontrées. Innovation variétale, technicité, digitalisation et pratiques agronomiques de pointe sont devenues des outils essentiels pour les agriculteurs. L’interdiction des néonicotinoïdes ne fait pas exception. Elle a rendu la lutte contre les pucerons, notamment en culture de betterave, complexe et souvent moins efficace.

Limiter les traitements de semences

En effet, les pucerons sont vecteurs de jaunisses virales qui entraînent des dégâts considérables en culture de betterave, avec un impact direct sur la production et les rendements. Avec l’interdiction des néonicotinoïdes, il est maintenant fortement recommandé de compléter ou de remplacer les traitements de semences par de nouveaux traitements en végétation, accompagnés d’actions prophylactiques (exemple : gestion de déterrage pour limiter les réservoirs de virus au semis). Ces évolutions ont engendré de nouvelles difficultés pour les agriculteurs. Il est notamment difficile pour eux de savoir quand positionner au mieux les traitements, et le risque d’apparition de résistances est élevé.

Un outil d'aide à la décision

Afin de dompter ces obstacles, un outil d’aide à la décision (OAD) gratuit et accessible sur le site de l’ITB* ­(pucerons.­itbfr.­org) a été créé en 2019. Comme le décrit la fiche 73 du Contrat de solutions, Alerte pucerons se présente sous la forme d’une carte interactive qui permet à l’agriculteur de suivre l’évolution du risque d’infestation dans son secteur géographique. La couleur des points correspond au nombre de traitements préconisés en fonction du risque de transmission de la jaunisse par les pucerons dénombrés sur le terrain. Pour un suivi précis de la situation, cette carte est mise à jour dès la saisie de nouvelles observations (pour la plupart hebdomadaires).

Planification et priorisation des chantiers

Grâce à cet OAD, il est plus facile pour l’agriculteur de prioriser ses chantiers et de planifier le moment le plus opportun pour déclencher une intervention dans ses parcelles. Le nombre de traitements peut ainsi être diminué à un ou deux un selon les conditions de l’année, soit une économie de 40 à 100 euros/hectare par rapport aux trois traitements systématiques théoriques. Autre avantage non négligeable, le risque d’apparition de résistances diminue avec le nombre de traitements aphicides.

Une meilleure appropriation et diffusion est nécessaire pour que cet outil se généralise chez les planteurs de betterave. D’autant plus qu’il y aura bientôt du nouveau car l’ITB et l'Inrae** travaillent actuellement sur le caractère prédictif de l’outil afin d’estimer les dates de dépassement des seuils de risque en fonction des variables climatiques locales.


*Institut technique de la betterave. *Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité