Aller au contenu principal

Ma-concession.net : spécialiste des pièces détachées

Un couple d’agriculteurs du sud Seine-et-Marne développe une activité de commercialisation de pièces détachées.

Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne), vendredi 15 juillet. Séverine Stelmack et Laurent Chavanneau s’appuient sur leurs expériences passées pour développer Ma-concession.net.
Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne), vendredi 15 juillet. Séverine Stelmack et Laurent Chavanneau s’appuient sur leurs expériences passées pour développer Ma-concession.net.

Après une formation agricole puis commerciale, Laurent Chavanneau a travaillé pour un groupe de tractoristes au niveau des pièces détachées et des concessions agricoles. Sa conjointe, Séverine Stelmack, était responsable commerciale en Ile-de-France pour une entreprise basée dans la Sarthe.

Issu du milieu agricole, ce couple de cadres avait dans l’idée de reprendre leurs exploitations familiales, mais souhaitait avoir une seconde corde à son arc. Habitant Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne), ils créent en 2013 Ma-concession.net qu’ils qualifient de « magasin de pièces détachées à domicile ». 

« Nos expériences respectives en tant que commerciale pour moi et dans le secteur des pièces détachées pour Laurent sont une valeur ajoutée », souligne Séverine Stelmack.

Ma-concession.net propose un large panel de pièces d’origines et alternatives avec des pièces d’équipementiers — fabricants de première monte. Vingt mille références sont disponibles, mais dans l’absolu, ce chiffre est bien plus élevé.

Ils répondent à la demande de deux types de clientèles : ceux qui cherchent du consommable de base — pointes de charrue, filtres… — et d’autres qui effectuent eux-mêmes une maintenance plus poussée.

« Nous ne sommes pas sur le créneau du montage avec un mécanicien comme le proposent les concessionnaires, mais plus dans la maintenance », note Laurent Chavanneau. 

Le site Internet leur sert de vitrine et leur permet d’être présents sur toute la France. Les pièces détachées proposées sont nombreuses — essentiellement pour le matériel de grandes cultures — mais le stock est limité.

Elles sont disponibles entre 24 à 48h maximum après commande. Le client appelle et détaille ses besoins. Une fois la pièce identifiée, le devis accepté, la livraison est faite par le couple ou un transporteur directement dans la cour de la ferme.

Le couple travaille également avec un collègue exploitant agricole et s’appuie sur des agriculteurs-relais notamment dans le nord Seine-et-Marne et le sud Essonne.

« Notre valeur ajoutée tient en notre capacité à sortir des sentiers battus et à nous démarquer avec des pièces techniques. C’est une démarche de proximité avec la vente d’un service », note Laurent Chavanneau. 

Et de poursuivre : « Au regard de la conjoncture agricole, notre but est de proposer un levier pour gagner quelques points de marge brute. Avec ma-concession.net, nous proposons d’agir sur les frais de mécanisation en optimisant le coût des pièces détachées avec un produit de qualité. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité