Aller au contenu principal

Magali et Julie, du champ à la table

Magali et Julie sont deux jeunes entrepreneuses qui ont créé Acti - Du champ à la table. Elles proposent des ateliers pour sensibiliser aux bonnes pratiques alimentaires et faire découvrir les productions locales et de saison.

Il y a deux ans, elles ne se connaissaient pas. Aujourd’hui, elles ont créé leur entreprise ensemble.

C’est la rencontre entre leurs deux mondes et leurs expériences précédentes qui a permis de donner naissance à « Acti - Du champ à la table », une toute jeune entreprise donc, qui propose au grand public, tous âges confondus, « des ateliers de découverte et de sensibilisation aux productions agricoles locales et de saison, à la transformation qu’il est possible d’en faire et plus globalement au mieux manger ». 

Magali Rocheteau a travaillé plus de dix ans dans l’animation auprès de jeunes enfants. « J’ai été directrice d’un centre de loisirs à Rambouillet, puis j’ai quitté mon poste pour aller travailler à la fromagerie de la Bergerie nationale. Il y avait un projet de développement dans l’animation pour le public ».

De son côté, Julie Xiberras a suivi une formation dans l’agroalimentaire.

Au cours de ses premières expériences professionnelles, elle dit avoir été « choquée par les intérêts financiers du monde de l’agroalimentaire ». « Cela ne correspondait pas à ma vision des choses. Pour moi, manger simple et sainement fait partie de mon éducation. C’est la base de la vie. »

Alors en poste à l’atelier de transformation de la fromagerie de la Bergerie, elle rencontre Magali et les affinités se créent...

« Acti » prend vie et les jeunes femmes mettent sur pied quatre modules thématiques d’activités.

« Nous intervenons auprès des enfants de 3 à 15 ans mais également pour un public adulte. Du côté des enfants, les ateliers sont très pratiques pour qu’ils comprennent rapidement l’usage de la matière brute agricole. Pour le thème miel, on fabrique des bonbons ou des baumes à lèvre, pour le lait, on fait du fromage frais ou des crèmes glacées, pour les légumes, on fait des chips et pour les céréales, on fabrique des pâtes fraiches » détaille Magali.

Du côté des adultes, les interventions se veulent plus théoriques pour « sensibiliser le public à l’intérêt de consommer des produits frais, locaux... Nous leur indiquons également où ils peuvent trouver les productions ». 

Magali et Julie ont déjà noué quelques contacts et partenariats avec des producteurs locaux mais leur réseau ne demande qu’à s’étendre. « Nous aimerions par exemple pouvoir aller dans les fermes pour organiser des événements et valoriser directement sur place, devant le public, la production ».

Grâce à un financement participatif, les deux entrepreneuses viennent de s’installer dans un local en plein centre-ville de Rambouillet où elles peuvent désormais recevoir des groupes pour les activités. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité