Aller au contenu principal

Magali et Julie, du champ à la table

Magali et Julie sont deux jeunes entrepreneuses qui ont créé Acti - Du champ à la table. Elles proposent des ateliers pour sensibiliser aux bonnes pratiques alimentaires et faire découvrir les productions locales et de saison.

Il y a deux ans, elles ne se connaissaient pas. Aujourd’hui, elles ont créé leur entreprise ensemble.

C’est la rencontre entre leurs deux mondes et leurs expériences précédentes qui a permis de donner naissance à « Acti - Du champ à la table », une toute jeune entreprise donc, qui propose au grand public, tous âges confondus, « des ateliers de découverte et de sensibilisation aux productions agricoles locales et de saison, à la transformation qu’il est possible d’en faire et plus globalement au mieux manger ». 

Magali Rocheteau a travaillé plus de dix ans dans l’animation auprès de jeunes enfants. « J’ai été directrice d’un centre de loisirs à Rambouillet, puis j’ai quitté mon poste pour aller travailler à la fromagerie de la Bergerie nationale. Il y avait un projet de développement dans l’animation pour le public ».

De son côté, Julie Xiberras a suivi une formation dans l’agroalimentaire.

Au cours de ses premières expériences professionnelles, elle dit avoir été « choquée par les intérêts financiers du monde de l’agroalimentaire ». « Cela ne correspondait pas à ma vision des choses. Pour moi, manger simple et sainement fait partie de mon éducation. C’est la base de la vie. »

Alors en poste à l’atelier de transformation de la fromagerie de la Bergerie, elle rencontre Magali et les affinités se créent...

« Acti » prend vie et les jeunes femmes mettent sur pied quatre modules thématiques d’activités.

« Nous intervenons auprès des enfants de 3 à 15 ans mais également pour un public adulte. Du côté des enfants, les ateliers sont très pratiques pour qu’ils comprennent rapidement l’usage de la matière brute agricole. Pour le thème miel, on fabrique des bonbons ou des baumes à lèvre, pour le lait, on fait du fromage frais ou des crèmes glacées, pour les légumes, on fait des chips et pour les céréales, on fabrique des pâtes fraiches » détaille Magali.

Du côté des adultes, les interventions se veulent plus théoriques pour « sensibiliser le public à l’intérêt de consommer des produits frais, locaux... Nous leur indiquons également où ils peuvent trouver les productions ». 

Magali et Julie ont déjà noué quelques contacts et partenariats avec des producteurs locaux mais leur réseau ne demande qu’à s’étendre. « Nous aimerions par exemple pouvoir aller dans les fermes pour organiser des événements et valoriser directement sur place, devant le public, la production ».

Grâce à un financement participatif, les deux entrepreneuses viennent de s’installer dans un local en plein centre-ville de Rambouillet où elles peuvent désormais recevoir des groupes pour les activités. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité