Aller au contenu principal

Main-d’œuvre : la filière cerise loirétaine recrute

Afin de présenter les spécificités de la récolte de cerises et d’évoquer les besoins en main-d’œuvre, les acteurs de l’emploi agricole du Loiret ont tenu un point presse jeudi 2 juin à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin.

La semaine dernière, l’Association nationale pour l'emploi et la formation en agriculture (Anefa), la FNSEA 45, Pluralis et le Coveta (Centre orléanais de vulgarisation et d'etudes des techniques arboricoles) ont convié la presse et Pôle emploi sur l’exploitation arboricole de Thierry Lanson, afin de présenter les besoins en main-d’œuvre et les spécificités de la filière cerise. Alors que le gel d’avril 2021 avait détruit quasiment l’intégralité des cerises, cette année près de 900 tonnes de ces délicieux fruits rouges sont prêtes à être cueillies dans le Loiret, entre le 10 juin et le 15 juillet. Face à cette importante production, les 35 exploitations de l’Orléanais espèrent rapidement trouver des bras pour permettre aux cerises de ne pas rester dans les arbres.

À la recherche de cueilleurs

Le rendez-vous était donc donné le matin chez Thierry Lanson, à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, village auto-proclamé capitale de la cerise. Associé à son frère Christophe, les arboriculteurs exploitent sur deux vergers de 35 hectares chacun : 14 hectares sont dédiés à la cerise, 15 aux pommes et 40 aux poires. Après avoir présenté le déroulement et la mécanisation de la récolte des cerises, Thierry Lanson a dévoilé les difficultés qu’il rencontre à recruter des saisonniers : « L'année dernière, le gel a anéanti la cerise avec une récolte quasi nulle de 40 tonnes dans le Loiret. J’ai donc embauché seulement huit personnes sur les 45 que je recrute habituellement. Cette diminution à l’embauche a engendré de gros problèmes de suivi des salariés pour les récoltes de pommes et de poires de septembre ». Selon l’exploitant, les saisonniers n’ayant pas pu être recrutés pour la cueillette de cerises auraient trouvé des postes dans d’autres domaines. « Ils ne sont donc pas venus pour la cueillette de pommes et de poires, explique-t-il. Sur les 45 personnes que j’embauche pour les cerises, 35 reviennent pour les pommes ».

Cette année, Thierry Lanson a de nouveau besoin de main-d’œuvre pour la cueillette de ses cerises mais les demandeurs d’emploi se font rare. « Nous constatons que la situation a changé depuis quelques années. Il y a trois ans encore, pour 45 postes saisonniers, je rencontrais 100 personnes. En 2020, pour 45 postes à pourvoir, seulement 45 personnes se sont présentées. Cette année, je crains de ne pas trouver le monde nécessaire ».

Trouver les offres d'emploi

Thierry Lanson n’est pas le seul dans ce cas. De nombreux agriculteurs ont remonté à la FNSEA 45 leur inquiétude sur les disponibilités de leur main-d'œuvre saisonnière habituelle. Près de 250 cueilleurs sont pourtant recherchés dans le département, principalement sur le secteur de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, Mézières-les-Cléry, mais aussi de Saint-Denis-en-Val, Sandillon, etc.

Pour pallier cette problématique, l'Anefa répertorie toutes les offres des agriculteurs nationaux sur son site : www.lagriculture-recrute.org. Les candidats peuvent ainsi postuler directement en ligne et les employeurs, inscrire leurs offres d'emploi. Une page Facebook dédiée à la cerise a également été créée. Baptisée « Ose devenir saisonnier », elle regroupe les annonces d’emplois saisonniers dans le Loiret. Accessibles à tous, ces recrutements constituent localement une véritable opportunité pour ceux, étudiants ou non, qui cherchent un emploi d’été. « D'autant que la pénibilité du travail a été nettement améliorée, précise Thierry Lanson. Les cueilleurs ne soulèvent plus que leur seau de cerises de 7 kg ». Plus le salarié remplit de seaux, mieux il est payé. « Certains arrivent à gagner deux fois le Smic en une saison », conclut l'agriculteur qui espère trouver des candidats au plus vite.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité