Aller au contenu principal

Marchés  : des dérogations au compte-goutte

Les préfets sont autorisés à délivrer des dérogations pour la réouverture de certains marchés. Tour d’horizon en Île-de-France.

Face à l’épidémie de coronavirus, le Premier ministre avait annoncé le 23 mars la fermeture de tous les marchés de France. Une règle assouplie depuis quelques jours puisque les préfets de département sont désormais autorisés à accorder des dérogations, sous certaines conditions, aux mairies qui en feraient la demande.

Dans le Val-d’Oise, le préfet a accordé dix dérogations pour les communes d’Argenteuil Val-d’Argent Nord, Asnières-sur-Oise, Chars, Luzarches, Presles, Roissy-en-France, Saint-Witz, Us, Viarmes et Vétheuil.

«  Ces dérogations obligent les communes à mettre en place une organisation de leur marché devant satisfaire à l’ensemble des recommandations sanitaires, notamment la distanciation des stands et des personnes, le filtrage des clients et la limitation de leur nombre à 100 dans un périmètre restreint et défini  », précise la préfecture.

Dans l’Essonne, le préfet a lui aussi accordé quelques dérogations. Onze sur les quarante-cinq demandes reçues. Peuvent donc réouvrir les marchés de Boutigny-sur-Essonne, Fontaine-la-Rivière, Forges-les-Bains, Maisse, Nozay, Vauhallan, Boissy-la-Rivière, Bouville, Janville-sur-Juine, Marolles-en-Hurepoix et Saint-Cyr-la-Rivière.

Enfin, dans les Yvelines, le préfet a lui fait le choix de n’accorder aucune dérogation dans le département, craignant un relâchement du respect du confinement.

En Seine-et-Marne, le préfet a accordé dès le week-end des 28 et 29 mars des dérogations pour les marchés alimentaires des communes qui en avait fait la demande et qui ont donné des garanties sanitaires à savoir Cesson, Chelles, Combs-la-Ville, Lagny-sur-Marne, Provins, Saint-Fargeau-Ponthierry et Villeparisis. De nouvelles ouvertures doivent être autorisées au fil des jours.

Une quinzaine d’organisations professionnelles (Fédération nationale des marchés de France, FNSEA, Interfel, Légumes de France, FNPFruits, chambres d’Agriculture, etc.) en partenariat avec les ministères de l’Économie, de l’Agriculture et de la Santé ont élaboré un guide méthodologique afin d’aider les collectivité dans la mise en place du nouveau protocole sanitaire.

Ce guide inclus un modèle d’arrêté d’autorisation d’ouverture et divers schémas indicatifs de configuration des lieux, accompagnés d’illustrations. Les producteurs sont invités à le transmettre à leur maire.

Marine Guillaume

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité