Aller au contenu principal

Portrait
Marine Deniau et ses bijoux artisanaux

D'aussi loin qu'elle se souvienne, Marine Deniau a toujours aimé créé. Formée à la bijouterie à Paris, elle a lancé en avril dernier sa propre activité artisanale de création de bijoux. Rencontre.

Marine Deniau à son atelier.
© Horizons

Pour Marine Deniau, « créer » rime bien avec « inné ». D'aussi loin qu'elle se souvienne, la jeune femme a toujours aimé donner vie à des objets. « Petite, j'ai commencé comme toutes les filles par les bijoux en perles, se souvient-elle. Je faisais aussi des parfums, des savons, des bougies et beaucoup de dessins ! ». Cette passion — conjuguée à celle des pierres précieuses qu'elle collectionnait dès l'enfance — a conduit la jeune femme à embrasser un choix de carrière tout naturel : celle de la bijouterie. « Je suis née en France de parents expatriés, explique Marine Deniau. J'ai vécu au Kenya, en Inde et en Afrique du Sud. Je suis rentrée définitivement en France à l'âge de 9 ans. J'ai gardé de mes années d'enfance une éducation multi-culturelle, une grande ouverture d'esprit et l'Inde m'a particulièrement marquée pour la richesse de ses pierres précieuses. Déjà petite j'avais été émerveillée ».

À tout juste 18 ans, un bac général en poche, Marine Deniau a donc intégré une école de bijouterie parisienne avec une idée en tête : créer, encore et toujours, et fonder sa propre entreprise. « Originels-bijoux est née officiellement en 2020 mais il m'a fallu un peu de temps pour sortir ma première collection. C'est chose faite depuis avril 2022 ».

La jeune créatrice a imaginé une première collection composée de sept pièces (bagues, colliers, boucles d'oreilles et bracelets), inspirée des éléments de la nature, où le topaze, omniprésent, symbolise l'eau. Marine Deniau accorde une importance capitale à la confection artisanale et 100 % française de chacune de ses pièces. « Pour cette première collection, j'ai fait appel à une fonderie située en Ardèche et j'ai ensuite repris la totalité des pièces pour le certicage dont je fais progressivement ma spécialité », souligne la jeune créatrice qui participe encore très fréquemment à des formations pour perfectionner son savoir-faire. Ses créations, Marine Deniau les imagine comme des objets voués à traverser le temps, les époques, et à se transmettre de génération en génération.

La jeune femme les commercialise uniquement sur Internet (www.originels-bijoux.fr) et participe ponctuellement à quelques salons dont prochainement, du 5 au 8 décembre, au pop-up du Bastille Design Center à Paris.

Déjà, elle travaille sur sa deuxième collection qui sera en rapport avec les astres. « J'en suis à l'étape des dessins car je dessine la totalité de mes créations avant de leur donner vie dans la matière », précise celle qui passe beaucoup de temps à effectuer des recherches scientifiques sur ces sources d'inspiration « afin de créer des bijoux cohérents qui racontent vraiment quelque chose ». Et pour cette deuxième collection, exit l'étape de la fonderie. « J'assurerai moi-même 100 % des étapes de fabrication », se réjouit la créatrice.

Biographie

- 1999 : naissance à Muret (Haute-Garonne).
- 2008 : installaton définitive en France.
- 2022 : lancement de la première collection.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité