Aller au contenu principal

Portrait
Marthe Dumas, modiste tout style

Pour le quotidien, un événement, un spectacle ou un tournage, Marthe Dumas réalise tout type de chapeaux sur mesure dans son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne).

Depuis l’enfance, ­Marthe Dumas est attirée par l’art, que ce soit la peinture, la sculpture, le théâtre. Un spectacle d’Omar Porras sera le déclencheur : elle fera un métier artistique.

Son bac littéraire option arts plastiques en poche et malgré les craintes de ses parents, elle fait une année de Manaa (Mise à niveau en arts appliqués) avant de se diriger vers un BTS design de mode à l’école de Condé, à Lyon, elle qui est native de ­Villeurbanne (Rhône).

« Habiller tout le monde ne m’intéressait pas. En revanche, l’habillement pour un événement précis me plaisait, comme imaginer un personnage de spectacle vivant, de l’élaboration à la confection de son costume », explique la jeune femme dynamique qui intègre au bout d’un an une formation Ornements sur textile au lycée La Source, à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), école où elle découvre et étudie les métiers de costumier-­réalisateur et modiste.

Son diplôme des métiers d’art costumier-­réalisateur obtenu avec les félicitations, elle enchaîne avec un CAP de modiste et spectacle.

De 2012 à 2017, elle jongle entre le travail de costumière, d’habilleuse (principalement sur des tournages), de modiste et l’enseignement de la couture…

« Mais on m’appelait souvent spécifiquement pour les chapeaux, en particulier Chéri-bibi (qui travaille avec des grandes marques comme Dior, Balenciaga…) et l’Opéra Bastille. Je me suis rendu compte que je préférais travailler les volumes des chapeaux plutôt que les costumes. Le métier de modiste s’apparente à celui de sculpteur. J’aime travailler les différentes matières : la paille, le taupé (feutre rappelant la fourrure de la taupe, NDLR), les différents tissus... ».

En 2017, elle lance sa marque Marthe Dumas Paris, qui se décline selon trois grands axes : les chapeaux du quotidien, pour les événements (mariages, cérémonies) et les collaborations pour des spectacles vivants, films et séries et haute mode.

Elle a par exemple créé les chapeaux portés dans la série Paris police 1900 diffusée sur Canal + ou La Révolution sur Netflix.

« Je réalise principalement du sur mesure. Je fais également des collections afin d’avoir des modèles à présenter, note la créatrice qui a installé son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne) afin de disposer de plus d’espace qu’à Paris. Si les commandes à distance prennent de l’essor, il n’est pas toujours aisé de pratiquer ce métier loin de la capitale de la mode et de la culture ».

À l’avenir, elle envisage de proposer des cours de couture pour enfants et adolescents et de créer un véritable showroom chez elle.

Pour en savoir plus : www.marthe-dumas.com 
ou 06.61.29.44.40.


Présentation vidéo de la marque de chapeaux Marthe Dumas Paris, collection "Phénix" (réalisation : Pierre Sabrou et Olivier Bonzom)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité