Aller au contenu principal

Portrait
Marthe Dumas, modiste tout style

Pour le quotidien, un événement, un spectacle ou un tournage, Marthe Dumas réalise tout type de chapeaux sur mesure dans son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne).

Depuis l’enfance, ­Marthe Dumas est attirée par l’art, que ce soit la peinture, la sculpture, le théâtre. Un spectacle d’Omar Porras sera le déclencheur : elle fera un métier artistique.

Son bac littéraire option arts plastiques en poche et malgré les craintes de ses parents, elle fait une année de Manaa (Mise à niveau en arts appliqués) avant de se diriger vers un BTS design de mode à l’école de Condé, à Lyon, elle qui est native de ­Villeurbanne (Rhône).

« Habiller tout le monde ne m’intéressait pas. En revanche, l’habillement pour un événement précis me plaisait, comme imaginer un personnage de spectacle vivant, de l’élaboration à la confection de son costume », explique la jeune femme dynamique qui intègre au bout d’un an une formation Ornements sur textile au lycée La Source, à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), école où elle découvre et étudie les métiers de costumier-­réalisateur et modiste.

Son diplôme des métiers d’art costumier-­réalisateur obtenu avec les félicitations, elle enchaîne avec un CAP de modiste et spectacle.

De 2012 à 2017, elle jongle entre le travail de costumière, d’habilleuse (principalement sur des tournages), de modiste et l’enseignement de la couture…

« Mais on m’appelait souvent spécifiquement pour les chapeaux, en particulier Chéri-bibi (qui travaille avec des grandes marques comme Dior, Balenciaga…) et l’Opéra Bastille. Je me suis rendu compte que je préférais travailler les volumes des chapeaux plutôt que les costumes. Le métier de modiste s’apparente à celui de sculpteur. J’aime travailler les différentes matières : la paille, le taupé (feutre rappelant la fourrure de la taupe, NDLR), les différents tissus... ».

En 2017, elle lance sa marque Marthe Dumas Paris, qui se décline selon trois grands axes : les chapeaux du quotidien, pour les événements (mariages, cérémonies) et les collaborations pour des spectacles vivants, films et séries et haute mode.

Elle a par exemple créé les chapeaux portés dans la série Paris police 1900 diffusée sur Canal + ou La Révolution sur Netflix.

« Je réalise principalement du sur mesure. Je fais également des collections afin d’avoir des modèles à présenter, note la créatrice qui a installé son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne) afin de disposer de plus d’espace qu’à Paris. Si les commandes à distance prennent de l’essor, il n’est pas toujours aisé de pratiquer ce métier loin de la capitale de la mode et de la culture ».

À l’avenir, elle envisage de proposer des cours de couture pour enfants et adolescents et de créer un véritable showroom chez elle.

Pour en savoir plus : www.marthe-dumas.com 
ou 06.61.29.44.40.


Présentation vidéo de la marque de chapeaux Marthe Dumas Paris, collection "Phénix" (réalisation : Pierre Sabrou et Olivier Bonzom)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Vendredi 28 octobre, à la préfecture de Melun. Anne-Gaëlle Blanc, de l'OFB, Bruno Mollot, de la FDC 77, et Brice De Bisshop, éleveur et représentant de la FDSEA, sont intervenus dans le cadre des nouvelles restrictions concernant la grippe aviaire.
Grippe aviaire en Seine-et-Marne : restrictions sur la chasse
Alors que le niveau de risque de grippe aviaire devrait prochainement passer à « élevé » sur tout le territoire, une nouvelle…
De g. à d.	: Patrick Langlois, Jean-Marie Fortin, Pierre Coisnon et Sébastien Méry. Tous ont pris la parole pour évoquer le choc énergétique et son impact sur les filières agricoles et alimentaires.
Choc énergétique : les acteurs des filières alimentaires témoignent
Face à la colossale hausse du prix de l’électricité et du gaz, la FNSEA du Loiret a réuni les acteurs des filières alimentaires…
Lundi 24 octobre, à Chartres. Pour la plateforme Sur le champ	! co-­présidée par Éric Thirouin et Éric Brault, l'enjeu est de gagner le marché de la ­restauration collective.
Sur le champ ! en manque de restauration collective
La SCIC* qui gère la plateforme Sur le champ ! a organisé, le 24 octobre à Chartres, son assemblée générale annuelle, suivie d'…
Publicité