Aller au contenu principal

Portrait
Marthe Dumas, modiste tout style

Pour le quotidien, un événement, un spectacle ou un tournage, Marthe Dumas réalise tout type de chapeaux sur mesure dans son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne).

Depuis l’enfance, ­Marthe Dumas est attirée par l’art, que ce soit la peinture, la sculpture, le théâtre. Un spectacle d’Omar Porras sera le déclencheur : elle fera un métier artistique.

Son bac littéraire option arts plastiques en poche et malgré les craintes de ses parents, elle fait une année de Manaa (Mise à niveau en arts appliqués) avant de se diriger vers un BTS design de mode à l’école de Condé, à Lyon, elle qui est native de ­Villeurbanne (Rhône).

« Habiller tout le monde ne m’intéressait pas. En revanche, l’habillement pour un événement précis me plaisait, comme imaginer un personnage de spectacle vivant, de l’élaboration à la confection de son costume », explique la jeune femme dynamique qui intègre au bout d’un an une formation Ornements sur textile au lycée La Source, à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), école où elle découvre et étudie les métiers de costumier-­réalisateur et modiste.

Son diplôme des métiers d’art costumier-­réalisateur obtenu avec les félicitations, elle enchaîne avec un CAP de modiste et spectacle.

De 2012 à 2017, elle jongle entre le travail de costumière, d’habilleuse (principalement sur des tournages), de modiste et l’enseignement de la couture…

« Mais on m’appelait souvent spécifiquement pour les chapeaux, en particulier Chéri-bibi (qui travaille avec des grandes marques comme Dior, Balenciaga…) et l’Opéra Bastille. Je me suis rendu compte que je préférais travailler les volumes des chapeaux plutôt que les costumes. Le métier de modiste s’apparente à celui de sculpteur. J’aime travailler les différentes matières : la paille, le taupé (feutre rappelant la fourrure de la taupe, NDLR), les différents tissus... ».

En 2017, elle lance sa marque Marthe Dumas Paris, qui se décline selon trois grands axes : les chapeaux du quotidien, pour les événements (mariages, cérémonies) et les collaborations pour des spectacles vivants, films et séries et haute mode.

Elle a par exemple créé les chapeaux portés dans la série Paris police 1900 diffusée sur Canal + ou La Révolution sur Netflix.

« Je réalise principalement du sur mesure. Je fais également des collections afin d’avoir des modèles à présenter, note la créatrice qui a installé son atelier à Chalautre-la-Grande (Seine-et-Marne) afin de disposer de plus d’espace qu’à Paris. Si les commandes à distance prennent de l’essor, il n’est pas toujours aisé de pratiquer ce métier loin de la capitale de la mode et de la culture ».

À l’avenir, elle envisage de proposer des cours de couture pour enfants et adolescents et de créer un véritable showroom chez elle.

Pour en savoir plus : www.marthe-dumas.com 
ou 06.61.29.44.40.


Présentation vidéo de la marque de chapeaux Marthe Dumas Paris, collection "Phénix" (réalisation : Pierre Sabrou et Olivier Bonzom)

Les plus lus

Le cressiculteur essonnien Mikaël Morizot chez Top chef le 5 mai
Le cressiculteur Mikaël Morizot a participé à l'émission Top chef. L'émission sera diffusée mercredi 5 mai à 23 h 15 sur M6. L'…
Asperges : la fraîcheur fait la qualité
Charles Lemarié a repris en 2014 la production d’asperges initiée par son père sur l’exploitation de polyculture, en parallèle de…
JA 77 : un groupe communication qui fourmille d'idées
Depuis un an, un groupe communication s’est constitué au sein de JA 77. Très actif sur les réseaux sociaux, ce groupe souhaite…
Alain Denizet publie sur la disparition de l'abbé Delarue
L'historien Alain Denizet publie Le Roman vrai du curé de Châtenay 1871-1914, et revient sur un fait divers qui a défrayé la…
Benjamin Challes, un éleveur bien dans ses baskets
Les élus du Pays de Dreux (Eure-et-Loir) ont visité, le 8 avril, l'exploitation de Benjamin Challes, qui produit des volailles…
La saison va bientôt démarrer à la Fraiseraie de Sours
La fraiseraie de la Ferme du château, à Sours (Eure-et-Loire), dispose désormais de trois serres pour produire ses fraises, qui…
Publicité