Aller au contenu principal

Maxime Barbier décroche la bourse Nuffield

La bourse Nuffield 2017 a été attribuée à Maxime Barbier, installé à Saint-Ulphace. Son chèque de dix mille euros lui a été remis le 23 mai, dans l’agence du Crédit agricole de Bonneval.

Le 23 mai, à Bonneval. Maxime Barbier (2e à d.) a reçu les dix mille euros de la bourse Nuffield 2017, dans son agence du Crédit agricole.
Le 23 mai, à Bonneval. Maxime Barbier (2e à d.) a reçu les dix mille euros de la bourse Nuffield 2017, dans son agence du Crédit agricole.

Maxime Barbier est un agriculteur enthousiaste. À 34 ans, il décroche la bourse Nuffield, d’un montant de dix mille euros, qui lui permettent de voyager à travers le monde pour approfondir son sujet de prédilection : combiner l’agriculture de conservation et la bio.

« C’est la quête du Graal, l’avenir de l’agriculture », estime-t-il.

Son chèque lui a été officiellement remis le 23 mai, au sein de son agence du Crédit agricole à Bonneval.

« L’idée est d’entrer en connexion avec plein de gens », explique-t-il. « Il y a un mois, je suis allé au Brésil où se déroulait la réunion de tous les boursiers de l’année et où j’ai pu visiter de grandes fermes en bio de 1 500 hectares, puis en Argentine ».

Son projet est de se rendre ensuite aux États-Unis et en Chine : « ça commence à bouger là-bas », affirme-t-il.

Son objectif est de rencontrer les meilleurs spécialistes du monde dans ce domaine : « la bourse c’est un super réseau, un formidable accélérateur de rencontres ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité