Aller au contenu principal

Maxime Oudeau vient de terminer la récolte de ses ignames

À Saint-Claude-de-Diray, alors que certains ne commenceront la récolte de l’igname qu’en janvier, Maxime Oudeau la finit fin novembre pour se consacrer à ses vignes. La culture de ce tubercule demande un travail de manutention intense.

À genou à l’arrière du tracteur, Maxime Oudeau arrache un par un les ignames de la terre. « En moyenne, on arrive à finir quatre rangs par jour. » Ce jeune agriculteur commence la récolte de ses deux hectares à la Toussaint et la finit fin novembre pour se consacrer à ses vignes. Ce 26 novembre, à Saint-Claude-de-Diray, terres au sable creux et sain, le tracteur avance lentement entre les rangs et creuse un sillon d’environ un mètre. « J’arrache les ignames et les pose sur la terre labourée. Ensuite, mon salarié ne ramasse que les ignames bien calibrées et les dépose dans la remorque, attachée à un second tracteur », explique Maxime Oudeau.

Sur cette exploitation, tout est manuel. Les ignames sont nettoyées au jet d’eau pour ôter la terre. Le lendemain, elles sont emballées dans des cagettes et stockées, prêtes pour le transport jusqu’à Rungis. « Les établissements Godeau m’ont déjà expédié quinze tonnes de marchandises », souligne le producteur. L’igname, plantée la première semaine d’avril, demande un travail de manutention : monter le palissage, installer les fils de fer, refermer les sillons, retirer cette installation au moment de la récolte, arracher les ignames, etc. Maxime Oudeau produit des tubercules courts pour le calibrage des envois, et de sept cents grammes minimum, « sinon il y a autant de pelure que de légume. Je pense que je vais revenir à l’igname longue car elle est moins fragile et n’est pas atteinte de maladies », confie le jeune agriculteur.

Les ignames déformées sont nombreuses cette campagne. « Nous appelons ça de la gale, mais nous ne savons pas vraiment ce que c’est. » Maxime Oudeau a récolté environ vingt tonnes de belles ignames alors qu’une bonne année, le tonnage s’élève à trente ou trente-cinq. Selon leur état de maladie, les galeuses restent comestibles et ce jeune agriculteur les vend moins cher, en deuxième catégorie. Dans certains cas, il les coupe et récupère un plant pour les semis suivants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

À Paris, jeudi 28 avril. Animée par Sandrine Corman, la convention Groupama était présidée par Jean-Christophe Mandard (à g.) et Laurent Bouschon.
Exercice 2021 contrasté pour Groupama Paris-Val de Loire
La caisse régionale de Groupama Paris-Val de Loire a tenu sa grande convention annuelle jeudi 28 avril à la Philharmonie de Paris.
Le 28 avril, à Gallardon. Les acteurs de la filière lin oléagineux se sont retrouvés dans les champs, pour suivre différents ateliers.
La filière lin oléagineux se retrouve à Gallardon
Valorex, Semences de France et Lin 2000 ont organisé le 28 avril une rencontre à Gallardon, à l’occasion de la Journée nationale…
Comice : rendez-vous à Morée les 21 et 22 mai
Cette année, le comice agricole aura lieu les 21 et 22 mai dans le Vendômois, à Morée.
L'observation de la structure d'une motte de terre est une étape primordiale.
L’implantation du colza 2022-2023 se travaille dès maintenant
L'implantation du colza 2022-2023 se réfléchit dès maintenant. Il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour le…
Jeudi 5 mai, à Theuville. AC Négoce Coupé a invité ses clients à se retrouver autour d'un événement consacré au colza.
Le colza dans tous ses états avec AC Négoce Coupé
AC Négoce Coupé a organisé un événement autour de la culture du colza le 5 mai à Theuville. L'occasion d'une revue d'effectif et …
François-Xavier Rone devant son enrouleur.
La pluie se fait attendre
Depuis le début de ce mois de mai, l’inquiétude grandit dans le monde agricole. L’eau se fait attendre et les fortes chaleurs…
Publicité