Aller au contenu principal

« Mercosur : mangez tout sauf français ! »

Accord UE-Mercosur : la réaction de Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de-France.

«  Depuis des années, les gouvernements successifs s’acharnent soi-disant à faire évoluer l’agriculture  : moins de pesticides, du local, du bio, plus de règles, de contraintes… Mais arrêtons les mensonges  ! Ne refusons pas de voir la réalité des faits.

Ce papier n’est ni un cri de désespoir, ni une stratégie de lobbying. Il se veut juste réaliste, honnête et décrit ce que va être l’avenir de notre agriculture et de notre alimentation.

Aux consommateurs  : vous voulez manger sain, local, français  ? Et bien mangez les produits du monde… là-bas, où l’on utilise tout ce qui est interdit en France et tout ce qui ne préserve pas la planète. Ces produits-là seront demain dans vos assiettes et dans vos restaurants  ! Posez-vous la question des volumes d’échanges annoncés. Croyez-vous que nous puissions à la fois faire venir autant de production et continuer à produire en France et localement  ? Évidemment que non  !

Aux habitants  : arrêtez de vous coucher devant nos tracteurs, de barioler les boucheries, de dénoncer nos pratiques, de filmer à notre insu, de nous attribuer tous les maux environnementaux. Cela ne sert à rien car demain l’agriculture française n’existera plus. Vous aurez des déserts agricoles comme nous avons aujourd’hui des déserts médicaux, postaux, de services. Cela sera visible dans votre quotidien mais aussi dans vos paysages.

Aux agriculteurs  : non, la France ne veut plus de ses agriculteurs et de son agriculture  ! Tout est fait depuis des années pour freiner le développement agricole, créer de l’obsolescence programmée de notre agriculture. De cette façon notre histoire, nos valeurs alimentaires et nos paysages ne sont plus que des cartes postales en noir et blanc avec le slogan ’’C’était comme cela avant’’.

Aux partenaires économiques  : après l’industrie minière et textile, l’agriculture va être sacrifiée sur l’autel d’accords déséquilibrés entre le vieux continent et les émergents. Comme si aujourd’hui un avion valait autant que dix champs et trois agriculteurs. Des millions d’emplois sont menacés… à moins de les délocaliser. Mais quel avenir veut-on pour notre agriculture  ?
Arrêtons de parler agriculture, cela ne sert à rien…

Mesdames, Messieurs les journalistes, ne venez plus nous questionner  : nous sommes des morts en devenir.

Mesdames, Messieurs des ministères et administrations, restez tranquilles dans vos bureaux à réfléchir ou rejoignez notre guerre  !

Chers voisins, chers consommateurs, soutenez l’agriculture. Ne soyez pas dans la confrontation, dans l’opposition, mais venez plutôt découvrir nos pratiques dans nos exploitations. Arrêtez de vous faire manipuler par des images, des vidéos de faux slogans politiques, de fausses analyses scientifiques, de fausses bonnes intentions environnementales.

La guerre est déclarée et nous n’allons pas nous laisser éliminer par des décisions politicardes pseudo-stratégiques mondiales face auxquelles nous ne pesons rien  !

Monsieur Macron, notre ministre Didier Guillaume a fait le choix ultime de sacrifier notre agriculture, encore une fois, une fois de plus, un gouvernement de trop, une fois de trop.  »

Christophe Hillairet

Photo : © Yann Cainjo

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité