Aller au contenu principal

Méthaniseur  : plein gaz à Lamotte-Beuvron

La première pierre du méthaniseur de Lamotte-Beuvron a été posée symboliquement le 28 juin.

Vendredi 28 juin, tous les acteurs du projet se sont réunis sur le chantier du méthaniseur de Lamotte-Beuvron pour la pose de la symbolique première pierre.

Florent Leprêtre, président de la structure Sologne Agri méthanisation, Pascal Bioulac, maire de Lamotte-Beuvron et conseiller départemental, et Frédéric Bouix, délégué général de la Fédération française d’équitation (FFE) ont scellé la première brique pour immortaliser le lancement du chantier de construction du méthaniseur.

Inédit par la diversité des acteurs qu’il rassemble — quatorze agriculteurs, la commune de Lamotte-Beuvron et la FFE —, Sologne Agri méthanisation est à la fois un projet économique, un projet d’aménagement du territoire, de collaboration entre acteurs et un projet écologique qui vise à lutter contre l’émission de gaz à effet de serre.

En travaux pour une durée de 18 mois, avec les premiers tests d’injection prévus pour juin 2020, ce méthaniseur va traiter pas moins de 28 960 tonnes d’intrants (les 4 000 tonnes de fumier équin produit sur le site de la FFE, les effluents des agriculteurs et les boues de la station d’épuration et déchets verts de la restauration collective de la commune) pour produire 5000 m3 de biométhane injecté dans les réseaux de Lamotte, Nouan-le-Fuzelier et Chaumont-sur-Tharonne, soit la consommation de 1 500 à 1 700 foyers. Le digestat sera également valorisé par les agriculteurs associés via un plan d’épandage.

Après avoir retracé l’histoire de la méthanisation à Lamotte-Beuvron, dont les débuts datent d’études menées en 2004, Pascal Bioulac a chaleureusement remercié les services de l’État et «  leur efficacité malgré un maquis réglementaire et normatif très compliqué.  » «  Penser rural et agir local  », c’est ce que souhaite ce maire qui veut «  aider les agriculteurs qui relèvent les manches et qui font les choses souvent sans le dire, a-t-il martelé. L’or vert doit rester dans nos campagnes et aux mains des acteurs locaux  ».

Pour Florent Leprêtre, «  c’est une chance d’avoir la mairie et la FFE comme partenaires de l’agriculture  ». Il précise que l’engagement des élus de vingt-trois communes voisines a aussi été déterminant dans le lancement de ce projet collectif qui pèse huit millions d’euros d’investissement.

«  Au-delà des associés, le soutien de Groupama et du Crédit agricole démontre leur confiance dans les projets innovants en agriculture  », a complété le président de Sologne Agri méthanisation, également à la tête du réseau FNSEA 41.

Représentant son président Serge Lecomte, Frédéric Bouix a quant à lui réaffirmé l’engagement de la FFE dans le projet en insistant sur sa valeur d’exemple pour les 6 000 centres équestres de France  : «  Il s’agira là d’une vitrine nationale et une belle illustration d’un projet collectif et de bon sens  ».

Parmi les élus présents, Nicolas Perruchot, président du conseil départemental, le sénateur Jean-Paul Prince et la sous-préfète Catherine Fourcherot, ont souligné «  l’importance du projet pour le territoire, l’emploi et l’économie durable  ».

Chacun a eu le droit de prendre la truelle pour apporter, en quelque sorte, sa pierre à cet édifice qui se veut «  fédérateur et vertueux  » et marquer le début d’une longue aventure de méthanisation solognote et «  d’un pari gagnant pour l’avenir  ».


Doriane Mantez

Photos : Nicolas Derré

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité