Aller au contenu principal

Michel Masson dénonce un « hold-up » de l'État

Lors de l'assemblée générale du Geeta de Pithiviers, le président de la chambre d'agriculture a vilipendé la ponction sur les fonds de roulement de l'entité consulaire.

Le Groupement d'Études économiques et techniques agricoles (Geeta) de Pithiviers tenait son assemblée générale le mardi 3 février à la salle des fêtes de Pithiviers-le-Vieil et, dans son rapport moral, le président, Damien Girard, a dressé le bilan de l'année écoulée : « Le climat de 2014 a été marqué par un hiver sans gel qui a rendu les préparations et les semis de printemps compliqués et souvent peu propices à des levées régulières. Le mois d'avril sec a même contraint de nombreux agriculteurs à recourir à l'irrigation dans les orges de printemps et les betteraves mais aussi pour faire fonctionner l'azote et pallier à un stress hydrique dans les céréales d'hiver. Le retour de la pluie à partir de mai a, quant à lui, fait apparaître de nombreux foyers de rouille jaune dans les parcelles. Le temps frais et humide de juillet a fortement impacté la qualité de nos récoltes de céréales avec, dans de nombreux cas, des temps de chute de Hagberg faibles et, dans certaines parcelles, la présence de grains germés sur pied. Le temps plus sec du mois de septembre a rendu parfois la levée des colzas difficile mais a permis une amélioration de la richesse des betteraves. »

Les cours du sucre

Aux facteurs climatiques, s'est ajoutée une conjoncture économique difficile liée à une baisse des cours des principales cultures de la région : « Les prix des céréales ont chuté du fait d'une récolte plutôt abondante dans les principaux pays producteurs et la baisse est d'autant plus  marquée par le déclassement de certains lots en qualité fourragère. Les cours du sucre et des pommes de terre sont eux aussi fortement impactés par des stocks abondants. (...) 2014 a aussi été marqué par la mise en place de la réforme de la PAC. Les réglementations changent et nous sommes sans cesse amenés à faire évoluer nos pratiques en fonction de celles-ci. L'implantation des Cipan, dans le cadre du 5e programme de la directive nitrates, fait partie de ces contraintes environnementales. »

« Bercy fait les poches de tout le monde »

Présent à la réunion, Michel Masson, président de la chambre d'agriculture, s'est exprimé en ces termes : « L'État est confronté à un déficit colossal » et, pour remonter la pente, « Bercy fait les poches de tout le monde », rendant « compliqué » le pilotage des chambres d'agriculture et, par voie de conséquence, des Groupements de Développement agricole. Cette année 2015 est marquée par une réduction de la Taxe additionnelle à la taxe foncière sur le foncier non bâti. Si Michel Masson en « accepte le principe », son courroux porte surtout sur la ponction sur les fonds de roulement des chambres d'agriculture : « On pompe la réserve fruit de la bonne gestion de nos prédécesseurs et qui servait à investir en recherche et développement et à innover : c'est un hold-up ! »


Une session extraordinaire

Prochainement, la chambre d'agriculture tiendra une session budgétaire extraordinaire. « Nous avons été élus sur un mandat : améliorer la compétitivité de l'agriculture : nous devrons faire des choix. Notre programme reposait sur le développement économique des entreprises agricoles et je ne compte pas y déroger ! (...) Sans compétitivité, la ferme Loiret ne pourra appréhender le challenge environnemental. » Aux yeux de Michel Masson, celui-ci passe par « la technologie » : l'agroéquipement.

Les projets 2015

- Essais : deux essais variétés (blé tendre et blé dur) ; un essai protection maladies (blé) ; un essai azote foliaire.

- Formations : obtenir le Certiphyto (décideurs/salariés) ; bien choisir ses produits phytos ; marché à terme ; définir le seuil de commercialisation de ses productions en grandes cultures.

- Tours de plaine. Ceux-ci auront tous lieu l'après-midi à 14 heures et des thèmes seront traités au cours de la campagne après un tour d'horizon rapide des questions générales en début de rencontre : culture du colza avec le Cetiom ; agriculture de précision ; betteraves avec l'ITB ; profils de sols sur deux types de conduite ; semences de blé hybride et porte-graines potagères ; évaluation à la bêche des vers de terre, profil de sol simplifié ; traitements bas volume ; système en non-labour semis direct ; agriculture biologique.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité