Aller au contenu principal

Miles Hyman, illustrateur et peintre

Illustrateur franco-américain installé à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), Miles Hyman vient de réaliser une série de douze timbres mettant à l’honneur les héros du quotidien durant le confinement.

C’est à Moret-sur-Loing, village d’Alfred Sisley, peintre qu’il connaît depuis l’adolescence, que Miles Hyman, illustrateur franco-américain, s’est établi en 2017 avec son épouse Carole.

Installé à Paris, le couple recherchait verdure et espace. Ils sont vite tombés amoureux de ce village cher aux impressionnistes, et qui reste proche de Paris, leur ancre professionnelle.

Natif du Vermont, un État rural des États-Unis, Miles Hyman arrive en France en 1980 pour suivre des cours de peinture à Aix-en-Provence. Il intègre ensuite les Beaux-Arts à Paris, période où il commence à s’intéresser au monde de la bande dessinée.

En 1987, sa rencontre marquante avec Étienne Robial, éditeur, lui met le pied à l’étrier. Il publie ses premières BD.

Aujourd’hui, comme il l’explique avec son léger accent américain, son activité « repose sur trois pieds  : la bande dessinée, l’illustration de presse, notamment pour Télérama, et les expositions de ses peintures à l’huile aux quatre coins du globe ».

Dès l’âge de 7-8 ans, Miles Hyman passe des heures à dessiner. Très précoce, il réalise sa première exposition de dessins à 14 ans, l’interaction image-texte avec le travail littéraire arrive plus tard.

Dans le même temps, il se délecte d’un magazine comparable à Fluide glacial, la BD alternative étant au cœur de la culture américaine.

Dernièrement, sa rencontre avec la directrice artistique de l’agence de communication Huitième jour, mandatée par la Poste, Claudine Porcher, l’a entraîné dans une nouvelle aventure  : la réalisation d’une série de douze timbres en hommage aux héros du quotidien durant le confinement, répartis en trois volets (Soigner et sauver  ; Soutenir, préserver, veiller  ; Assister, maintenir, approvisionner et distribuer).

«  J’ai commencé, comme toujours, par des esquisses au crayon, en leur faisant trois ou quatre propositions par timbre. La décision finale revenant au directeur général qui était impliqué dans le projet. J’ai suggéré que chaque timbre puisse se lire sur une enveloppe mais aussi au sein du carnet. Ainsi je débute avec la maladie pour terminer avec l’agriculteur qui offre des vivres, une note d’optimisme et un regard vers l’avenir  », souligne l’artiste qui a travaillé dans une période forte en émotion.

«  Outre le laps de temps réduit pour concrétiser ce carnet — environ cinq semaines —, réaliser des images en petit format chargées de détails représentait un défi ­technique  ».

Laurence Goudet-Dupuis

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité