Aller au contenu principal

Miles Hyman, illustrateur et peintre

Illustrateur franco-américain installé à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), Miles Hyman vient de réaliser une série de douze timbres mettant à l’honneur les héros du quotidien durant le confinement.

C’est à Moret-sur-Loing, village d’Alfred Sisley, peintre qu’il connaît depuis l’adolescence, que Miles Hyman, illustrateur franco-américain, s’est établi en 2017 avec son épouse Carole.

Installé à Paris, le couple recherchait verdure et espace. Ils sont vite tombés amoureux de ce village cher aux impressionnistes, et qui reste proche de Paris, leur ancre professionnelle.

Natif du Vermont, un État rural des États-Unis, Miles Hyman arrive en France en 1980 pour suivre des cours de peinture à Aix-en-Provence. Il intègre ensuite les Beaux-Arts à Paris, période où il commence à s’intéresser au monde de la bande dessinée.

En 1987, sa rencontre marquante avec Étienne Robial, éditeur, lui met le pied à l’étrier. Il publie ses premières BD.

Aujourd’hui, comme il l’explique avec son léger accent américain, son activité « repose sur trois pieds  : la bande dessinée, l’illustration de presse, notamment pour Télérama, et les expositions de ses peintures à l’huile aux quatre coins du globe ».

Dès l’âge de 7-8 ans, Miles Hyman passe des heures à dessiner. Très précoce, il réalise sa première exposition de dessins à 14 ans, l’interaction image-texte avec le travail littéraire arrive plus tard.

Dans le même temps, il se délecte d’un magazine comparable à Fluide glacial, la BD alternative étant au cœur de la culture américaine.

Dernièrement, sa rencontre avec la directrice artistique de l’agence de communication Huitième jour, mandatée par la Poste, Claudine Porcher, l’a entraîné dans une nouvelle aventure  : la réalisation d’une série de douze timbres en hommage aux héros du quotidien durant le confinement, répartis en trois volets (Soigner et sauver  ; Soutenir, préserver, veiller  ; Assister, maintenir, approvisionner et distribuer).

«  J’ai commencé, comme toujours, par des esquisses au crayon, en leur faisant trois ou quatre propositions par timbre. La décision finale revenant au directeur général qui était impliqué dans le projet. J’ai suggéré que chaque timbre puisse se lire sur une enveloppe mais aussi au sein du carnet. Ainsi je débute avec la maladie pour terminer avec l’agriculteur qui offre des vivres, une note d’optimisme et un regard vers l’avenir  », souligne l’artiste qui a travaillé dans une période forte en émotion.

«  Outre le laps de temps réduit pour concrétiser ce carnet — environ cinq semaines —, réaliser des images en petit format chargées de détails représentait un défi ­technique  ».

Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
Publicité