Aller au contenu principal

Mil’Klic : gagner en réactivité sur son élevage

Depuis quatre ans, Emmanuel Leclerc, éleveur de vaches laitières, consulte ses données techniques d’élevage via un logiciel Web.

Emmanuel Leclerc, éleveur à Couture, apprécie particulièrement la fonctionnalité « diagnostic de l’urée » sur Mil’Klic, seul logiciel à la posséder.

« C’est sûr, on peut faire son travail sans Mil’Klic mais ce logiciel permet d’être plus réactif. » Depuis quatre ans, Emmanuel Leclerc, éleveur de vaches laitières à Couture-sur-Loir, utilise un logiciel Web proposé par le syndicat Conseil élevage lait à ses adhérents pour consulter ses données techniques.

La seule saisie faite par l’éleveur est la date du tarissement, tout le reste lui parvient directement. « J’ai commencé par un essai gratuit et, il faut bien le dire, l’essayer c’est l’adopter. »

Au départ nommé Sielweb, ce logiciel a évolué et est devenu depuis un an, Mil’Klic. Pour l’éleveur, c’est un pas vers le zéro papier : « Les documents officiels sont stockés dans un porte-document et on les reçoit avant le courrier papier. »

Mil’Klic donne de nombreuses informations sur le troupeau concernant l’alimentation ou la santé et s’est récemment enrichi de nouvelles fonctionnalités : saisie de la reproduction, rations, résultats acétonémie.

En constante évolution, le logiciel Web proposera un outil de prévision laitière gérant les différents types de contrat des laiteries dès le deuxième trimestre 2016.

Pour l’éleveur, le point fort de ce logiciel Web est le diagnostic sur l’urée. « C’est le seul logiciel à disposer de cette option. Grâce à ce critère, on sait quel est le taux protéique dans le lait de chaque vache et on peut réajuster la dose d’azote selon les résultats », précise Emmanuel Leclerc.

Mil’Klic facilite également le travail du conseiller : « Je scanne mes résultats de contrôle, les envoie à ma conseillère et quand elle vient, tout est prêt. »

Grâce au croisement des données sur Mil’Klic, le conseiller peut éliminer des hypothèses et trouver les causes des alertes plus rapidement (les raisons d’une mammite, par exemple).

Pour le moment, l’agriculteur ne voit qu’une seule limite à ce logiciel : l’accès à Internet. « Il faut avoir une connexion ADSL au minimum et, malheureusement, tous les agriculteurs ne l’ont pas. C’est un réel problème qu’il va falloir vite prendre en compte si l’on veut que l’agriculture s’adapte et évolue. »

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité