Aller au contenu principal

Moins de 360 € par mois pour vivre, pour plus de 40 % des agriculteurs !

Crise : La chambre d’agriculture du Loiret a tenu une réunion de crise agricole, lundi 25 septembre, à Orléans.

© Sabrina Beaudoin

Lundi 25 septembre, la chambre d’agriculture du Loiret a organisé une réunion « Un an après la crise » en présence du Préfet de la région Centre Val de Loire, Jean-Marc Falcone, du directeur de la DDT, Benjamin Beaussant, de la représentante de la DRFIP Ariane Devoyon, du Conseil Départemental, des parlementaires et de l’ensemble des partenaires de l’agriculture.

L’objectif de cette réunion était de faire le point sur la situation agricole du Loiret, un an après la crise et d’essayer de trouver des pistes pour l’avenir, afin de sauver un maximum d’exploitations.

Michel Masson, président de la Chambre, a planté le décor « La situation économique est désastreuse. Certains moyens ont été mis en œuvre. Mais les prix sont toujours au plus bas. Cette année, la récolte, très hétérogène sur le département, a été moyenne. L’année dernière nous n’avions ni volumes, ni prix. Cette année, nous avons des volumes décents mais des prix catastrophiques, et cela dans toutes les productions ! »

 

Pour passer le cap de 2016, beaucoup d’agriculteurs ont opté pour le court terme de trésorerie en pensant que 2017 allait équilibrer les comptes. Malheureusement avec les prix qui sont très bas, les agriculteurs devront aussi passer le cap 2017…

 

Actions mises en œuvre

 

-       La DDT (Direction Départementale des Territoires) :

  • « En 2015, suite à la crise de l’élevage, nous avons créé une cellule de crise pilotée par la DDT. En novembre 2016, nous avons décidé de la poursuivre en la transformant en un groupe de travail piloté par des techniciens chargés d’étudier les dossiers individuels signalés comme fragilisés. 100 dossiers ont été examinés »
  • Calamités agricoles : 130 dossiers reçus, 40 retenus comme éligibles. 423 000 € versés
  • FAC (fonds d’allègement des charges) : 206 demandes, 121 dossiers validés : 215 000 € versés

 

-       La DRFIP (Direction Régionale des FInances Publiques) :

  • En 2016, possibilité d’opter, de manière immédiate, pour le régime mensuel ou trimestriel en TVA en vue d’obtenir un remboursement plus rapide.
  • Octroi de délai de paiement sur demande individuelle
  • Dégrèvement d’office pour perte de récolte sur pied de la Taxe Foncière Non Bâtie (TFNB) 2016. 6,9 millions d’euros accordés.
  • Dispositif d’accompagnement local gracieux. 500 demandes reçus pour remise gracieuse sur les impôts locaux.

 

-       MSA

  • Réduction de 25% du taux du 2e acompte provisionnel. Sur 2017, le premier acompte était à 40 %, le second à 30%. Calendrier reconduit en 2018.
  • A titre exceptionnel, les agriculteurs, en moyenne triennale pour l’appel de leur cotisation, pouvaient choisir la prise en compte des seuls revenus de l’année N-1. 246 exploitants en ont bénéficié en 2016. 111 en 2017.
  • Pour les exploitants avec un revenu inférieur à 4200€, possibilité de faire un report de paiement des cotisations 2016 au 30 juin 2017.
  • Prise en charge partielle des cotisations. Sur une enveloppe de 132 000€ en 2016, 65 exploitants ont été partiellement aidés. La MSA détient une première enveloppe de 67 000€ pour 2017, 23 dossiers sont en cours d’instruction. Une seconde enveloppe est en attente.
  • Aide au répit avec pris en charge du service de remplacement. 8 dossiers.
  • Aides aux agriculteurs en difficultés ; 31 dossiers pour 46 000€ en 2016.

-       Crédit Agricole : Mise en place d’un dispositif de rendez-vous. 1500 rencontres réalisées sur le département. 95 millions d’euros investis sur le Loiret. 1250 agriculteurs ont été accompagnés.

  • Dispositif court terme intempéries
  • Dispositif court terme classique
  • Année blanche (130 dossiers)

-       Groupama : Sur la Caisse Régionale, le sinistre a été évalué à 150 millions d’euros. 30 millions d’euros de sinistre ont été versé aux agriculteurs du Loiret. Notons que les cotisations ne représentaient que 5,5 millions d’euros, soit 6 fois moins que ce qui a été versé.

-       Chambre agriculture :

  • Dispositif LEA (Loiret Ecoute Active) qui permet de rencontrer les agriculteurs et de les écouter. 440 rencontres réalisées depuis le début de l’opération, 182 en 2017. Le partenariat avec le conseil départemental est d’ailleurs reconduit pour 2018.
  • Accompagnement technico-économique. Calcul coût de production, adhésion au GDA. 150 agriculteurs ont nouvellement adhéré. 200 000€ investit par la Chambre.

 

 

Retrouver la suite dans notre édition du 29 septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité