Aller au contenu principal

Moisson loirétaine : rendements hétérogènes, qualité homogène

C'est une moisson précoce qui s'achève dans le Loiret, avec environ quinze jours d'avance comparé à la normale. Premier tour d'horizon des tendances avec les coopératives du secteur.

C'est une nouvelle moisson hâtive qui s'achève cette semaine dans le département du Loiret. Au lieu de commencer à la fin du mois de juin, elle a débuté deux semaines plus tôt, mais tire globalement un bon bilan.

La surprise en colza

Malgré les quelques jours de forte chaleur en mai, et la grêle qui s'est abattue sur le département fin juin, la bonne implantation du colza a permis « de bons rendements dans l'ensemble », se réjouit le directeur de la coopérative de Puiseaux, Pierrick Picot. Comparés aux rendements de l'année passée, qui s'élevaient à 30 quintaux/hectare, ils atteignent entre 35 et 40 quintaux dans le secteur en 2022. La météo extrême de ces dernières semaines a aussi fait craindre l'échaudage des céréales aux agriculteurs du département. La qualité est cependant bien présente en blé puisque les protéines approchent les 12 % de moyenne et le PS (Poids spécifique) se trouve dans les normes dans les différentes coopératives.

De fortes disparités

En blé comme en orge, les trois coopératives interrogées sont unanimes dans l'observation d'une grande hétérogénéité intra-parcellaire. « Les rendements passent du simple au double, en fonction des terres et de l'irrigation », explique Benjamin Top, directeur de la coopérative Agropithiviers. Il estime d'ailleurs que « l'irrigation a sauvé certaines récoltes et évité la catastrophe ».

L'orge d'hiver affiche globalement de bons résultats avec des rendements aux alentours de 65 quintaux et un calibrage qui approche 90. « On observe une variation de cinq à dix points entre les récoltes en début de moisson et celles d’après la pluie fin juin », note le directeur de la coopérative de Puiseaux. Il remarque aussi un bilan hétérogène selon les variétés en blé de force et blé améliorant, avec un rendement qui oscille entre 60 et 80 quintaux/hectare.

Qualité au rendez-vous

En ce qui concerne l'orge de printemps, Sébastien Marty, directeur de la coopérative Caproga, observe « un très bon calibrage », souvent au-dessus de 90. Il précise que « les orges semées de manière précoce s'en sortent beaucoup mieux que celles semées au printemps ». Malgré les différences de rendements marquées sur le département, la qualité est majoritairement au rendez-vous. Sébastien Marty ajoute que « la météo a bien aidé et permis une récolte sereine par rapport à l'année passée ».

 


Sur le même sujet, lire aussi : 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité