Aller au contenu principal

Tourisme
Moustiers-Sainte-Marie, terre de faïence

Célèbre pour sa faïence, Moustiers-Sainte-Marie offre un décor de carte postale qui en fait l’un des plus beaux villages de France.

Accroché à une falaise et traversé par le Maïre et le Riou, Moustiers-Sainte-Marie (Alpes-de-Haute-Provence) est situé en hauteur du lac de Sainte-Croix, en aval des gorges du Verdon. Blottie contre des rochers, la commune est classée parmi les plus beaux villages de France. Église, remparts, chapelles, aqueduc, fontaines… en alliant eau et pierre, l’ensemble constitue un décor de carte postale. À l’origine, le village a été créé par des moines. Ces derniers, venus des îles de Lérins pour s’abriter dans des cavités creusées dans le tuf, ont fondé un monastère.

Partant du village, des chemins qui s’achèvent par 262 marches conduisent à la chapelle Notre-Dame-de-Beauvoir, d’où la vue s’étend sur les toitures du village et jusqu’au lac de Sainte-Croix. En levant les yeux, une étoile dorée accrochée à une chaîne, tendue entre deux montagnes à plusieurs dizaines de mètres, attire le regard. La chaîne actuelle, longue de 135 mètres, pèse environ 150 kg et l'étoile à cinq branches a un diamètre de 115 cm.

Mais c’est la faïence qui a fait la renommée de ­Moustiers-Sainte-Marie. Si on retrouve des traces de poteries dès le Moyen Âge, puis de terres vernissées, la faïence s'y développe à compter du XVIIe siècle grâce à un religieux installé dans le monastère. Elle est alors reconnue dans le monde entier. Les manufactures profitent de l’élan donné à cet artisanat par le Roi-Soleil. Toutefois, au cours du siècle suivant, l’essor de la porcelaine de Limoges provoquera le déclin de la faïence. Le dernier atelier ferme en 1874 et il faudra attendre cinquante ans pour voir renaître une faïencerie de ses cendres. Les objets sont alors décorés « façon Moustiers », très souvent d’un oiseau qui devint le symbole de la faïence de ­Moustiers. Aujourd’hui, il existe huit ateliers de faïence à ­Moustiers-Sainte-Marie. Les couleurs sont plus vives et variées. L’histoire et les pièces maîtresses de la faïence de Moustiers sont présentées au sein d’un musée qui lui est dédié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité