Aller au contenu principal

Murmures nocturnes au château

À la tombée de la nuit, les visiteurs déambulent dans le château royal de Blois (Loir-et-Cher) à la lueur de leur lampe torche.

Munis d’une lampe torche, les visiteurs du château royal de Blois (Loir-et-Cher) avancent dans l’obscurité… « Allez-y, venez, n’ayez pas peur... », invite la guide, Séverine à l’entrée des lieux.

Les premiers pas sont hésitants mais une fois dans la salle des Maçons, le groupe laisse ses lumières glisser sur chacun des murs. Au fil de la visite, du bout de ces lampes, on découvre des curiosités et des lieux insolites, on s’arrête sur les détails des tableaux, sculptures et autres faïences qui nous échapperaient peut-être lors d’une visite de jour.

Le château royal de Blois nous apparaît autrement.

De pièce en pièce, on s’immerge dans l’histoire de ce monument aux différentes périodes, du Moyen-Âge à l’époque classique. Dans la salle du roi, on est accueilli par une musique type Renaissance et, par là, dans la chambre de la reine, Catherine de Médicis elle-même — décédée à Blois — parle de ses petits-enfants.

À l’extérieur, un à un, les visiteurs entrent dans un endroit bien plus sombre encore, sur les hauteurs du château…

Ici, les lampes doivent rester éteintes : on se situe dans la tour Château-Renault datant du XIIIe siècle, là où a été enfermé le cardinal de Lorraine avant son exécution. Le temps suspend son vol. Puis, lumière rallumée, le retour dans le château est plus serein.

Cette visite guidée nocturne surprenante dévoile nombre d’anecdotes : les femmes n’hésitaient pas à s’épiler le front pour l’avoir bien dégagé, la volta s’apprenait dans la galerie du roi, le musée lapidaire expose les gargouilles des époques Louis XII et François Ier… Une visite à découvrir jusqu’au 4 mars.

Mais un conseil : surtout, n’oubliez pas votre lampe, il serait dommage de vous perdre dans les couloirs du château et d’y rester enfermé... pour le reste de la nuit !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité