Aller au contenu principal

Nicolas Dubreuil, explorateur polaire

Partageant son temps entre Barbizon (Seine-et-Marne) et une île isolée du Groenland où il possède une maison, Nicolas Dubreuil effectue des expéditions polaires. Un milieu dont il est spécialiste.

Sa première expédition polaire, Nicolas Dubreuil l’effectue à 18 ans avec un ami de ses parents qui travaille pour l’organisation Connaissance du monde. Il y retourne ensuite régulièrement pour des expéditions en kayak, ski et plongée, en parallèle de ses études, une thèse en informatique, puis comme maître de conférence à la Sorbonne. Au fil du temps, il anime également de plus en plus de conférences.

En 2001, il réalise une grosse expédition en plein hiver, avec des températures descendant à - 35 °C afin d’être certain d’avoir de la glace et une banquise solide. Mais il est victime d’un accident. Tombé dans l’eau, il a la chance de garder mains et pieds. Ce choc psychologique l’incite à arrêter son emploi à la faculté et à vivre de l’aventure en guidant de nombreuses expéditions (traverser la calotte glaciaire, accompagner des équipes de tournage, des scientifiques, etc.). « La première fois, on se rend au Groenland pour un tourisme particulier, pour ­l’exploit, puis pour les animaux. On est ensuite frappé par l’humanité des populations. C’est un mélange de tradition et de modernité où les activités traditionnelles (chasse, pêche) côtoient l’informatique », explique Nicolas Dubreil, qui a acheté une maison à Kullorsuaq, village traditionnel de 400 habitants d’une île isolée où « l’Homme et la nature ne font qu’un. J’y ai trouvé une nature différente où la moindre erreur ne pardonne pas. On chasse (le narval, l'ours) et on pêche pour manger. On fabrique des traîneaux avec de la peau de phoque. Ils ont un autre rapport à l’animal, teinté de plus de respect. Sur cette île, on trouve les derniers chasseurs, cette vie-là va s’éteindre ».

Nicolas Dubreuil a décidé de créer sa propre société d’expédition en partant des besoins des populations autochtones qui souffrent des interdictions européennes. Celle de la vente de peau de phoque, même si une exception a été inscrite depuis pour ces populations, leur a fait beaucoup de mal. « Eux demandaient à faire des expéditions à la manière des Groenlandais afin de faire découvrir leur vie, raconte Nicolas Dubreuil qui parle groenlandais. Parler la langue m’a ouvert leurs portes. La langue permet de comprendre un peuple ».

Nicolas Dubreuil travaille également avec des scientifiques de la Sorbonne qui souhaitent mieux connaître certaines espèces comme les narvals. « C'est valorisant pour les populations que des scientifiques s’y intéressent. »

Son intérêt pour la nature et son ouverture au monde, il le doit à ses parents qui, dès son plus jeune âge, l’emmenaient en voyage en camping-car. Aujourd’hui père d’une petite fille, il garde avec émotion des souvenirs d’une expédition avec elle en Antarctique. Avec plus de trente ans de recul, Nicolas Dubreuil observe des changements importants, mais « les populations gèrent les problèmes différemment de nous. Elles sont dans l’adaptation ».

Pour la seconde année, il a participé au Mois polaire à Barbizon (Seine-et-Marne), un beau moment de témoignage et d’échange.

Biographie

  • 1987 : première expédition en Colombie-Britannique.
  • 2001 : grave accident.
  • 2016 : naissance de sa fille.
  • 2023 : 1re édition du Mois polaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité