Aller au contenu principal

Nicolas et Camille Grymonprez : première balade du goût

Producteurs de lait et de fromages bio à Saint-Mars-Vieux-Maison (Seine-et-Marne), Nicolas et Camille Grymonprez feront découvrir samedi et dimanche leurs produits commercialisés en direct sur l’exploitation...

Saint-Mars-Vieux-Maison, mercredi 4 octobre. Nicolas et Camille Grymonprez préparentavec passion leur première balade du goût.

En quête d’un projet d’installation en élevage, alliant la production, le bio étant un plus, jusqu’au produit fini, Nicolas et Camille Grymonprez ont repris la ferme de Sainte-Colombe à Saint-Mars-Vieux-Maison (Seine-et-Marne) fin 2016 via la Safer.

Orientée à 100 % vers l’herbe, des pâtures sont progressivement réimplantées et des cultures en mélange réintroduites. La production laitière de la trentaine de vaches de race montbéliarde est transformée sur place – une faible part est collectée par la fromagère de la brie.

« Nous souhaitons rester une structure à taille humaine même si la troupe devrait monter à quarante têtes. Nous sommes dans l’optique d’apporter la valorisation par la transformation et non le volume », explique le jeune couple de trentenaires, qui s’appuie sur un fromager pour la transformation.

Pour ce faire, deux sociétés cohabitent. L’EARL ferme Sainte-Colombe et la SAS fromagerie bio Sainte-Colombe au sein de laquelle ils sont associés à l’affineur Ganot.

La SAS achète le lait à la ferme pour le transformer en fromages et les commercialiser, elle réalise également de la prestation de service pour l’EARL. Brie de Coulommiers, petit coulommiers, palais frais, tome, faisselle, créme fraîche, lait… les produits, tous au lait cru, sont commercialisés en direct sur l’exploitation ou via des Amap, des épiceries et le drive-fermier de Melun.

Ils envisagent également de commercialiser des génisses sous forme de caissettes. « Les clients locaux viennent pour la proximité, le bio étant un plus. Par contre, les épiciers de Paris sont attirés par le triptyque bio, local et fermier », résume le couple.

Fils d’éleveur porcin seine-et-marnais, Nicolas Grymonprez a travaillé huit ans sur l’exploitation familiale à l’issue de ses études. Il s’est notamment consacré à la commercialisation sur l’exploitation agricole avec la mise en place d’une filière porc francilien « afin de fédérer tous les acteurs de la filière et s’imposer sur le marché avec un produit de qualité, de la valeur ajoutée basée sur les filières courtes ».

Son épouse qui « n’est pas issue de la terre », selon ses dires, était éducatrice auprès de personnes avec un handicap mental. « Le sujet du handicap nous touche tous les deux. Afin d’allier notre métier à cette sensibilisation, notre objectif est d’embaucher un salarié avec un handicap ».

Après le printemps à la ferme, une autre première les attend les 14 et 15 octobre : la balade du goût. Visites guidées, dégustations et ventes de produits seront au programme.  Le pain d’un boulanger en bio et de la soupe de la conserverie de Larnière seront aussi proposés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Publicité