Aller au contenu principal

Gestion de l'eau
Non, l’eau n’est pas un « bien commun collectif »

La Région Centre-Val de Loire organise des Assises de l'eau mardi 7 novembre, alors qu’elle n’a pas de pouvoir décisionnaire concernant les politiques de l'eau. La FNSEA CVL vous encourage vivement à contribuer à la consultation pour que l’agriculture soit visible et continue d’exister.

© Illustration

Mardi 7 novembre à Tours (Indre-et-Loire), de 9 h 30 à 17 heures au Palais des congrès, le conseil régional Centre-Val de Loire organise des Assises de l’eau pour légitimer l’ajout d’un échelon régional supplémentaire dans la gouvernance de l’eau, ce « patrimoine commun » à partager.

L’eau nous en avons tous besoin : irrigation, abreuvement des animaux, remplissage des pulvérisateurs, nettoyage des salles de traite, lutte contre le gel… L’agriculture est la première à être impactée par le changement climatique et aussi la première à s’adapter.

Contribuez en ligne

L’objectif affiché du conseil régional est d’exercer son influence sur les prochaines politiques de l’eau en région pour les durcir fortement alors qu’il n’a pas de pouvoir décisionnaire. Il espère faire agir les citoyens en les sensibilisant au catastrophisme plutôt qu’à l’élaboration de solutions concrètes pour maintenir la sécurité alimentaire de la France et l’excellence de la production agricole française.

La Région Centre-Val de Loire affirme réinventer les rapports démocratiques entre les habitants et leur territoire avec la démarche dite de « démocratie permanente ». Pour que l’agriculture des agriculteurs soit visible et continue d’exister, la FNSEA CVL vous encourage vivement à contribuer en ligne via le site jeparticipe.centre-valdeloire.fr. Car il ne faut pas se tromper, derrière toutes les remises en cause actuelles permanentes de la gestion de l’eau, c’est bien la légitimité de la production agricole, de produire en France, qui est remise en cause.

Un millefeuille de réglementations sur l’eau

La Région aimerait ajouter son échelon intermédiaire entre la gestion nationale, celle à l’échelle des grands bassins versants : Loire-Bretagne et Seine-Normandie, la plus locale à l’échelle des sous-bassins et enfin celle des départements. Voilà la recette d’un millefeuille indigeste…

L’eau est un « patrimoine commun de la nation », pas un bien

L’eau n’est pas un bien commun mais un « patrimoine commun de la nation », comme stipulé par l’article L. 210-1 du Code de l’environnement, c’est complètement différent. En droit, l’usage de l’eau appartient à tous et personne n’en est propriétaire. Le partage qui en découle est organisé par des lois et règlements pour atteindre une gestion équilibrée des usages, mais aussi des besoins des milieux naturels et en eau potable. C’est un patrimoine à protéger au nom de l’intérêt général, d’où les contrôles, redevances, autorisations… Cependant, nous sommes confrontés à une puissante entreprise de déconstruction du droit en vigueur par ceux qui en contestent la légitimité. Aujourd’hui, le bien commun n’est pas synonyme d’intérêt général, il est devenu le symbole de la lutte contre le droit de propriété et l’appropriation supposée de l’eau par l’agriculture. Or, la production agricole est d’intérêt général majeur, au même titre que la protection des milieux et de l’eau potable. Elle utilise l’eau, sans avoir le droit de se l’approprier.

Une remise en cause de la légitimité de produire en France

Varenne de l’eau, Plan eau, Sainte-Soline, ces tensions autour de l’eau exigent que le ministère de l’Agriculture s’engage encore plus fermement dans ce dossier mais il n’a pas la main, puisque l’eau relève aujourd’hui du ministère de la Transition écologique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Publicité