Aller au contenu principal

« Nos décideurs se fichent de nous  ! »

Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause de la jaunisse.

Planteur de betteraves à Villexanton sur 38 ha et conseiller de la région sud de Tereos, Bertrand Menon a perdu 50  % de sa récolte à cause de la jaunisse. Le 21 octobre, le professionnel avait arraché la moitié de ses surfaces et ses betteraves devaient prendre la direction de la sucrerie d’Artenay ­(Loiret) à la fin de la semaine.

« Je ne m’attends pas à un taux de sucre élevé, dit-il. Les feuilles jaunes ont disparu et la betterave en a refait des nouvelles, au détriment des racines. Or ces dernières contiennent le sucre ».

Notre interlocuteur poursuit  : « Nous avions tout pour bien faire  : précocité d’implantation et pression maladie contenue ».

Le potentiel de rendement de Bertrand Menon, planteur depuis 2014, s’élève à 120 t/ha à 16  °. Celui-ci déclare  : « Les décisions prises par nos dirigeants, notamment l’interdiction des néonicotinoïdes en traitement de semences, nuisent à la production. Les payeurs ne sont pas les élus mais les agriculteurs  ! ».

Il estime ses pertes à 1  500 euros par hectare. « Cela impactera ma trésorerie, explique-t-il. Je demanderai un crédit à court terme à ma banque. La situation des céréales est meilleure mais il reste peu de volumes à vendre ». Notons que l’intéressé dispose d’une SAU de 155 ha.

Bertrand Menon s’est lancé dans la betterave pour « diversifier [ son ] exploitation » et parce que « le prix du sucre n’est pas corrélé à celui des céréales ».

La récente autorisation des néonicotinoïdes en traitement de semences pour trois ans à partir de 2021 suscite un espoir chez le planteur. « Mais que ferons-nous après  ?, s’interroge-t-il. Le pas de temps agricole n’est pas le pas de temps politique. Nos décideurs se fichent de nous  ! On importe des produits contenant des substances que nous n’avons pas le droit d’utiliser chez nous  ! ».

Le planteur est engagé avec Tereos jusqu’en 2023. « Je souhaite continuer, dit-il. Mais si les années futures ne sont pas bonnes, cela remettra en cause la filière. Les deux dernières campagnes n’étaient pas bonnes non plus ».

Bertrand Menon poursuit  : « Je perds de l’argent à titre personnel et au niveau de la coopérative. L’outil est calibré pour un seuil de rentabilité. Cependant, le groupe est solide. Nous avons tout pour produire du sucre en France. Ce serait dommage de l’importer ».

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE en grandes…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Publicité