Aller au contenu principal

«Notre président se dit Européen, qu’il le prouve !»

Alors que la campagne de production du maïs bat son plein, Sébastien Méry, producteur de maïs dans le Loiret et administrateur de l’AGPM, fait le point sur la situation des cultures et les défis qui se présentent actuellement à l’AGPM, à commencer par le plan du gouvernement visant à « sortir de la dépendance aux phytos ».

© Olivier Joly

L’observatoire Céré’obs estimait au 23 juin à 74 % les surfaces en bonnes à très bonnes conditions au niveau national. Qu’en est-il exactement aux niveaux national et local ?
Sébastien Méry : « Globalement, les maïs du département sont beaux et affichent à ce jour de bons potentiels à l’image des autres maïs continentaux et du nord-ouest de la France. Biensûr, il y a eu des parcelles sévèrement touchées par les aléas climatiques (inondations, grêle). Et le potentiel actuel doit être protégé : cette année, la pyrale est bien présente au sud comme au nord et les dégâts de taupins et de corbeaux sont fréquents.
Les maïs du sud-ouest connaissent de grandes difficultés cette année car les pluies incessantes ont gravement perturbé les semis qui se sont terminés fin juin »


Avec l’interdiction programmée de certains produits comme les néonicotinoïdes ou le glyphosate, comment l’AGPM entend alerter le gouvernement sur les difficultés des maïsiculteurs sur le terrain ?
S. M. : Les décisions franco-françaises concernant les phyto sont intolérables et nous ne pouvons accepter toujours davantage de distorsions. La sortie du glyphosate, par exemple est une demande sociétale et, même si elle n’est pas scientifiquement justifiée, nous devons en tenir compte. Mais pas tout seuls et à n’importe quel prix. Que ce soient aux niveaux local ou national, l’AGPM ne cesse de demander aux pouvoirs publics de s’en tenir à la réglementation communautaire. Notre président se dit Européen, qu’il le prouve !
L’interdiction des néonicotinoïdes est une réelle menace pour les maïs du Nord et de l’Ouest qui ont besoin du thiaclopride (Sonido) pour se prémunir d’attaques de mouches. Dans son rapport du 30 mai, l’ANSES a clairement identifié cette menace et l’impasse à laquelle les producteurs devraient faire face si aucune dérogation n’était délivrée. C’est ce qui a conduit l’AGPM à demander une dérogation qui sera examinée par trois ministères : Agriculture, Environnement, Santé. L’examen de passage s’avère difficile et il est primordial que notre demande soit relayée par les agriculteurs sur le terrain.
Parallèlement, les producteurs de maïs ont toujours été ouverts aux solutions de substitution aux phytos. C’est pourquoi nous nous engageons donc aux côtés de la FNSEA dans la démarche « du contrat de solutions. » Mais il faut être clair : les nouvelles solutions nécessitent des investissements et des surcoûts que les maïsiculteurs ne pourront pas supporter seuls même si, à bien des égards, le maïs a déjà une longueur d’avance...

Les plus lus

Un projet de la Scael présenté au ministre Olivier Dussopt
Le ministre Olivier Dussopt est allé à la découverte du projet Sensoriel développé par le groupe coopératif Scael autour du…
Réussir son colza avec la Chambre et Terres Inovia
Deux visites d'essais ont été organisées par la chambre d'Agriculture en partenariat avec Terres Inovia. Le 10 mai, autour de la…
Les 9 et 10 juin, plateforme bio, conventionnelle et élevage
La troisième plateforme de la chambre d'Agriculture aura lieu les 9 et 10 juin à Saint-Martin-de-Bréthencourt (Yvelines).
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Sophie Bourcier, fondeuse de bronze
Portrait Sophie Bourcier est depuis une quinzaine d’années fondeuse de bronze à Bagneaux-sur-Loing (Seine-et-Marne), où elle a…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Publicité