Aller au contenu principal

« Notre rôle est de soutenir l'agriculture »

Entretien croisé entre Dominique Proust, vice-président du Crédit agricole Centre Loire, et Michel Masson, président de la chambre d'agriculture, lors du rendez-vous filières de la banque verte.

Le jeudi 29 janvier, à Saint-Jean-de-Braye, le Crédit agricole Centre Loire organisait son rendez-vous annuel consacré aux risques filières et aux problématiques agricoles du moment. À l'issue de la réunion, Dominique Proust et Michel Masson, respectivement vice-président Loiret de la Caisse régionale de la banque verte et président de la chambre d'agriculture, ont répondu à nos questions.

Loiret agricole et rural : Est-ce que tout est noir ?

Dominique Proust : Non, il ne faut pas exagérer ! Le ciel est un peu gris mais il y a encore des filières qui fonctionnent bien et, si on se met rapidement au travail pour celles qui ont quelques difficultés, le ciel peut s'éclaircir très facilement et redevenir bleu.

Michel Masson : Tous les ans, il y a des difficultés pour un secteur : je le sais pour avoir été pendant très longtemps dans le syndicalisme et maintenant à la chambre d'agriculture. Mais la spécificité actuelle c'est que tous les secteurs sont touchés. Depuis un certain temps, notre pays traverse une crise économique et, jusqu'à présent, l'agriculture avait été plus ou moins épargnée. Or, là, nous sommes happés par les événements et c'est quand on est au fond du trou qu'on peut rebondir. On a encore de l'énergie. Les agriculteurs sont performants : ils peuvent investir dans les nouvelles technologies, repartir sur de l'agronomie et utiliser toutes les sciences de la vie, de la terre et de l'informatique pour retrouver de la compétitivité tout en appréhendant le challenge environnemental. Il y aura des hauts et des bas puisque les marchés mondiaux sont très fluctuants. À la chambre d'agriculture, nous travaillons pour que nous puissions investir dans l'innovation et retrouver la compétitivité que nous avons perdue à cause de réglementations plus ou moins absurdes.

Une des fiertés de l'agriculture

Quelles sont les solutions pour que les filières agricoles aillent mieux ?

D.P. : Depuis déjà un certain temps, au niveau des Organisations professionnelles agricoles, nous réfléchissons à leur situation. Maintenant, il faut aller un peu plus loin, dans le concret. Faire un état des lieux, c'est très bien. Après, il faut mettre des actions en oeuvre. Pour cela, nous avons besoin des aides de l'État et de l'administration de manière générale. Au niveau du Crédit agricole, nous sommes prêts pour sauver ces filières. Derrière lesquelles il y a des hommes : une notion très importante pour nous !

M.M. : Même si certains secteurs connaissent des difficultés, il faut recréer l'esprit d'entreprise et d'innovation dans notre pays. Nous avons un certain nombre d'atouts, notamment la proximité de la région parisienne, premier centre de consommation français. L'administration ne doit pas trop nous entraver avec des réglementations qui bloquent l'initiative. Il nous faut également un petit coup de main des collectivités locales, notamment de la Région, qui va disposer de fonds européens. Dès lors, nous pourrons développer nos entreprises et augmenter notre compétitivité tout en réussissant le challenge environnemental que nous imposent nos compatriotes.

Quel rôle peut jouer une banque telle que le Crédit agricole ?

D.P. : Le Crédit agricole Centre Loire investit tous ses bénéfices sur le territoire. Notre rôle est de soutenir l'agriculture, un secteur important pour nous même s'il ne représente que 17 % des encours totaux.

M.M. : C'est important d'avoir un banquier qui vous fasse confiance et qui ait confiance dans le secteur d'activité. Cela a toujours été la devise du Crédit agricole même si, parfois, il s'est éloigné de l'agriculture. Mais, avec le Caisse régionale Centre Loire, nous avons toujours cette proximité. Entre nous, on se comprend bien et, quand on demande quelque chose de raisonnable, la banque répond favorablement. C'est une des fiertés de l'agriculture d'avoir conçu son système bancaire, les coopératives et un système d'assurance très performant !

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité