Aller au contenu principal

« Nous avons choisi Egly pour être au plus près des citadins »

Agriculteur à Boutigny-sur-Essonne, Nicolas Hottin est président du canton Jeunes agriculteurs de l’Essonne. A ce titre, il pilote l’organisation du prochain Festival de la terre.

Nicolas Hottin

Horizons : Comment se déroule l’organisation du festival de la Terre ?

Nicolas Hottin : À six mois de la tenue de l’événement, les choses sont déjà bien engagées. Nous sommes une vingtaine de Jeunes agriculteurs de l’Essonne à participer à l’organisation de ce festival. Celui-ci se tiendra le 3 septembre à Egly. Nous avons choisi cet emplacement, car il est proche des zones citadines, là où les citoyens sont assez déconnectés du monde rural. Nous croyons en effet qu’il est bien plus utile d’aller à la rencontre des citadins pour leur faire connaître nos métiers et nos productions, plutôt que de faire une fête rurale pour le monde rural qui, lui, est normalement un peu plus au fait. Nous avons déjà tenu deux réunions avec le maire d’Egly qui est ravi d’accueillir le festival sur sa commune et nous soutient, cela facilite beaucoup notre travail. 

Quel thème avez-vous choisi pour cette nouvelle édition ?

Notre festival de la Terre aura pour thème un enjeu majeur pour l’agriculture francilienne : l’innovation. Il y aura un pôle dédié à ce sujet organisé en collaboration avec la chambre d’Agriculture, la FDSEA ainsi que le réseau La ferme digitale. Bien sûr, de nombreux exposants seront présents dont la plupart des concessionnaires et les organisations professionnelles agricoles. Cette année, nous reçevons un très bon accueil de la part de tous nos partenaires qui se disent prêts à participer au festival.

Pouvez-vous d’ores et déjà nous annoncer quelques nouveautés ?

Oui, il y aura de la musique ! Nous étudions la possibilité de faire venir des groupes de musiciens et il y aura des sonneurs de trompes de chasse. Côté restauration, nous proposerons un menu avec des produits locaux. La viande, le fromage, le pain... tout sera francilien, voire essonnien. Nous avons aussi décidé d’accentuer la communication autour de l’événement. Nous lancerons une campagne de financement participatif sur Miimosa.com avec des contreparties (ticket d’entrée, animations...) et nous allons créer notre propre mascotte avec une charte graphique qui nous permettra de nous démarquer et de bien identifier l’événement. 

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité