Aller au contenu principal

Diversification
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes

Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.

«Passionnés d’arboriculture, la noisette est une culture qui nous correspond bien car mécanisée et avec un marché porteur. La France, avec environ 10 000 tonnes, reste un petit producteur par rapport à la Turquie et l’Italie. Le noisetier est adapté à notre terroir au niveau agronomique et économique. Il y en a naturellement partout dans le secteur », explique Stephen Dombrecht qui, avec son épouse Aurore et ses beaux-parents, Jérôme et Armelle Charpentier, a implanté 40 hectares de noisetiers à Rouvres depuis 2019. Leur objectif : commercialiser des noisettes sur le marché des chocolateries et de la pâtisserie. Pour ce faire, Noxi fruits, SARL qu’ils ont créée, va se doter d’une casserie. Cet outil de transformation permettra de trier, laver, sécher les noisettes, puis de casser la coque pour en extraire l’amandon. D’autres étapes seront également possibles comme la torréfaction ou l’obtention d’une poudre.

La casserie sera implantée au milieu du verger et entrera en fonction en 2023 avec une montée progressive de leur production et de celle de leurs producteurs partenaires qui se lancent dans cette diversification. Actuellement, 230 hectares de noisetiers ont été plantés en Seine-et-Marne et dans l’Oise pour une durée d’environ quarante ans, « une carrière ».

Objectif 400 hectares

« L’objectif est d’atteindre 400 hectares à terme », précise le jeune agriculteur. La SARL Noxi fruits réalise la plantation et s’engage à faire la récolte pour ceux qui le souhaitent. Les fruits sont ramassés au sol en septembre avec une sorte de balayeuse. Le tonnage moyen est de 3 000 kg/ha.

Quatre années sont nécessaires avant la première récolte des fruits. La plantation s’effectue en octobre et fin novembre-début décembre. Quatre variétés sont privilégiées. 10 % d’arbres pollinisateurs sont essentiels. La planteuse fonctionne à l’aide de cinq à six personnes, chacune ayant une tâche précise. L’ensemble est commandé par GPS avec une plantation en quinconce à quatre mètres de distance et un interrang de six mètres entièrement enherbé. Attention, l’irrigation, quelle que soit sa forme (enrouleur, goutte-à-goutte…) est importante pour une bonne implantation racinaire et un grossissement optimal du fruit. Si le noisetier est un arbre rustique, les jeunes plantations sont très sensibles aux dégâts de gibiers. Ainsi, 100 % des parcelles sont clôturées et des protections entourent chaque arbre taillé en gobelet. Pour lutter contre les mulots, des perchoirs à buses peuvent être installés.

Actuellement, une vingtaine d’exploitants partenaires les suivent dans cette aventure. « C’est une culture à part entière qu’il faut suivre et soigner, d’où une taille minimum de 7 hectares pour présenter un intérêt », conclut Stephen Dombrecht.

+ d'infos :

Pour tout renseignement, contacter noxi.fruits@gmail.com.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité