Aller au contenu principal

Portrait
Océane Pionnier, le monde à ses pieds

Depuis toute petite, Océane Pionnier sait ce qu'elle veut faire, coiffeuse. Elle est devenue championne du monde de la discipline…

Il ne faut pas se fier à son sourire angélique, Océane Pionnier peut se montrer redoutable avec une paire de ciseaux. Pour preuve, la jeune eurélienne a été sacrée championne du monde de coiffure en 2020, catégorie homme.

Si elle a toujours voulu exercer ce métier, c'est au cours de ses études que la passion des concours la saisit : « Pendant mon apprentissage, il y a eu un concours au CFA de Chartres (Eure-et-Loir), après avoir décroché les médailles d'or, départementale et régionale, j'ai été jusqu'en finale du concours de Meilleur apprenti de France, je n'ai pas gagné mais j'ai aimé le principe », se rappelle-t-elle.

Une carrière internationale

Ensuite, Océane s'est engagée dans les Olympiades des métiers, qu'elle ne gagne pas non plus mais où elle est repérée par le staff de l'équipe de France de coiffure. Le début de sa carrière internationale.

Et dès cette année-là, en 2019, Océane Pionnier décroche le titre de vice-championne du monde par équipe. En 2020, la pandémie mondiale bouleverse l'organisation du championnat qui devait se dérouler à Paris.

Qu'à cela ne tienne, sous l'égide de Raphaël Perrier, le coach de l'équipe de France, l'épreuve aura lieu au Mans, au sein de son académie où se retrouve régulièrement l'équipe tricolore, et les images des épreuves sont transmises à l'Organisation mondiale de la coiffure qui organise le concours.

Elle décroche le titre, en individuel cette fois.

Pas de hasard

Mais quelle que soit la discipline, on ne devient pas championne du monde par hasard… « C'est comme un sport, pour gagner il faut beaucoup s'entraîner, pointe-t-elle. De janvier à septembre, je me suis exercée chaque matin avant ma journée de travail. Durant l'été, c'était tous les week-ends. »

De poursuivre : « Et une semaine avant la compétition, l'équipe était rassemblée au Mans, le matin nous faisions du sport, nous étions coupés du monde extérieur, pas de portable, et le soir un peu de sophrologie ».

Défendre son titre

Pour parfaire sa technique, Océane s'exerce sur des têtes malléables : « Sur des humains, ce ne serait pas possible. Des têtes, j'en ai une quarantaine chez mes parents », compte-t-elle.

Ce qu'elle ne compte pas en revanche, ce sont ses frais : « C'est du bénévolat, tout est à notre charge, les têtes, les déplacements, sauf pour le championnat ».

Heureusement d'ailleurs, car cette année, il devrait avoir lieu au Japon si la crise sanitaire le permet. Et elle espère bien y défendre son titre.

Retrouvez ses réalisations sur son compte Instagram : oceane_pionnier_pro.

Océane Pionnier se présentait, début 2020, sur la chaîne Vimeo de l'Équipe de France de coiffure.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité