Aller au contenu principal

Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce

Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de la Ferme des Arches à Terminiers (Eure-et-Loir), Jean-Luc Parou.

Avec près de 700 000 tonnes, le Centre-Val de Loire est la première région productrice d'oignons en France. Pour dresser un premier bilan de la récolte qui vient de s'achever en Beauce, nous rencontrons Jean-Luc Parou, le président-directeur général de l'un des plus gros opérateurs du secteur, la Ferme des Arches à Terminiers (Eure-et-Loir).

Déficit de gros calibres

La Ferme des Arches, dirigée par Jean-Luc Parou, produit et commercialise des condiments.
La Ferme des Arches, dirigée par Jean-Luc Parou, produit et commercialise des condiments.
© H.C. - Horizons

« Nous avons vécu une année relativement sèche, engendrant des besoins en irrigation. Néanmoins, tout en respectant les quotas, nous en avons eu suffisamment, relève-t-il. Cependant, les températures extrêmes ont provoqué du stress sur les oignons. Aussi, les calibres sont modérés et l'on aura un déficit de gros calibres (plus de 70 mm). Finalement, les rendements sont en baisse de 10 à 20 % mais on ne s'en sort pas trop mal comparé aux gros producteurs que sont les Pays-Bas et l'Espagne ».

En revanche, ces conditions engendrent de sérieux doutes quant à la qualité de conservation des condiments. « Peut-être que la période de commercialisation sera plus courte que d'habitude du fait des difficultés de stockage, estime le dirigeant qui verra aussi sa facture énergétique exploser (voir ci-dessous). Et il y aura beaucoup de vente après récolte ». Une situation similaire à celle que connaît le secteur de la pomme de terre.

Des prix décorrélés du marché

Cette tension relative engendre une hausse des prix. « La normale se situe autour de 200 - 250 euros la tonne et peut descendre jusqu'à 150 euros comme l'an passé, mais là cela monte jusqu'à 380. C'est complètement décorrélé du marché et dû essentiellement à de gros achats des Hollandais », explique Jean-Luc Parou.

Une opportunité de marché qui pourrait amener les producteurs à augmenter leur production l'an prochain, mais ce n'est pas dans la philosophie de la Ferme des Arches « qui ne produira toujours que ce que les consommateurs peuvent acheter. Le risque serait de se retrouver avec de la marchandise invendable sur les bras ».

Concernant les risques de difficultés de stockage, Jean-Luc Parou précise : « De notre côté, soit on arrive à garder et nous faisons la boucle jusqu'à l'arrivée de l'oignon nouveau, soit nous achèterons aux pays de l'hémisphère sud ». La Ferme des Arches ne pouvant pas se permettre de ne pas fournir ses clients tout au long de l'année…

Organisation de producteurs

La Ferme des Arches est une organisation de producteurs, la seule OP du secteur fruits et légumes en Eure-et-Loir. Elle regroupe 45 agriculteurs d'Eure-et-Loir et du Loiret et 8 de la Drôme (ail), qui cultivent quelque 600 hectares. Elle emploie 125 salariés permanents, une trentaine de CDD, une quinzaine d'intérimaires et 160 saisonniers l'été. En 2021 elle a commercialisé 30 000 tonnes de condiments pour un chiffre d'affaires de 32 millions d'euros. C'est une société par action simplifiée (SAS) détenue à 82 % par les agriculteurs, 1 % par les salariés et 17 % par la BPI.

 

Sous label

Les producteurs de la Ferme des Arches produisent sous différents labels. 45 % sont labellisés Haute valeur environnementale (HVE), 20 % sont engagés dans la démarche Zéro résidu de pesticides, 18 % sont Bee Friendly et 7 % sont certifiés en agriculture biologique (AB).
 

Garder le cap quand tout augmente

Comme de nombreux autres acteurs agricoles, la Ferme des Arches évolue dans un contexte tourmenté. L'impact de la guerre en Ukraine et son cortège d'inflations pèse dans sa balance économique. Ses responsables ont chiffré les hausses de charges prévues pour 2023.

 

Hausse des coûts de production

Ainsi, côté producteurs, le budget semences devrait augmenter de 5 à 10 %, mais ce n'est rien comparé aux engrais dont la hausse se situera entre 75 et 300 %, sans parler du prix des phytos, du GNR, de l'électricité ou de la main-d'œuvre… « Le coût de production risque d'être multiplié par deux », estime son PDG, Jean-Luc Parou.

Pour l'entreprise, la facture d'électricité va augmenter de 300 000 euros, celle de gaz de quelque 150 000 euros, le budget transports sur ventes de plus de 300 000 euros, la main-d'œuvre de 500 000 euros — les salaires seront revalorisés de 10 % — et les emballages (lire ci-dessous) d'environ 1,5 million d'euros. Soit au total une hausse de 2,7 millions d'euros, soit 26 centimes par kilo. « Le résultat net de l'entreprise étant de 600 000 euros, nous allons devoir trouver 2 millions d'euros… Nous avons trois voies d'économies : en interne, convaincre nos clients de prendre en charge les surcoûts, ou un accompagnement public », récapitule Jean-Luc Parou.

« La période suscite des interrogations pour beaucoup de filières, pointe le dirigeant. Il y a aussi le contexte eau. Nous savons déjà que nous n'aurons pas la même quantité que cette année. De nombreux producteurs de légumes se posent des questions d'arbitrage au sujet de leurs assolements. Nos producteurs vont continuer, c'est leur structure, mais il y a une conjugaison de plein de choses traumatisantes pour tous, y compris les consommateurs… ».

 

La loi Agec fragilise la filière condiments

Depuis le 1er janvier, la loi Agec* interdit l'usage de plastique pour les emballages autour des fruits et légumes de moins de 1,5 kg. « La décision a été mise en application très rapidement et pose plein de problèmes, souligne le président-directeur général de la Ferme des Arches, Jean-Luc Parou. Personne n'est contre cette mesure mais ça tombe mal. Pour nous, cela engendre une hausse de 900 000 euros pour les filets, de 400 000 euros pour les étiquettes et de 200 000 euros pour les cartons, soit en moyenne 14 centimes de plus par produit. 90 % de nos condiments sont concernés, nous sommes peut-être la filière la plus touchée par la loi Agec… ».

*Loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.

Orion, l'oignon qui ne fait pas pleurer

Orion, l'oignon qui ne fait pas pleurer et sans mauvaises odeurs.
Fruit d'un travail collectif au niveau de la région et de celui du semencier Bejo, un oignon doux et qui ne fait pas pleurer arrive sur le marché : l'Orion. Cinq opérateurs de la région — Beauce Champagne oignon (Loiret), Allium Beauce Company (Loiret), la Ferme de Fontenay (Aube), la Ferme de la Motte (Loir-et-Cher) et la Ferme des Arches — se sont constitués en club pour en assurer la production et la commercialisation. « Il se plaît bien à nos latitudes, souligne le PDG de la Ferme des Arches, Jean-Luc Parou. Chacun lui consacre un hectare, soit une production d'une trentaine de tonnes. Nous avons l'exclusivité pour le commercialiser, avec une charte graphique commune, et surtout pour le produire ». Cette première année de commercialisation constitue un test pour voir si la variété répond aux attentes des clients. Et s'il ne fait pas pleurer, grâce à sa faible teneur en acide pyruvique, il garantit aussi de préserver l'haleine et des odeurs persistantes sur les doigts. Enfin, sa douceur permet de le consommer cru ou cuit. De quoi élargir la clientèle.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité