Aller au contenu principal

Olivier Hue : « La proximité avec nos assurés me tient à coeur »

Agriculteur en Val-d’Oise et déjà administrateur de la MSA Ile-de-France depuis 2010, Olivier Hue en a été élu président, mercredi 22 octobre.

Horizons : Vous venez d’être élu à la présidence de la MSA Ile-de-France. Pourquoi avoir accepté cette mission ?

Olivier Hue : Je suis administrateur de la MSA Ile-de-France depuis 2010 et je me suis beaucoup impliqué dans cet organisme que l’on regarde différemment lorsqu’on le vit de l’intérieur. J’ai donc toujours été très présent dans les différentes instances du conseil d’administration et j’ai participé, par exemple, au développement de partenariats entre la MSA et la FDSEA ou l’Unep.

Ceux-ci ont donné lieu à des actions « terrain », des formations sur la santé et la sécurité au travail (document unique d’évaluation des risques professionnels, risques phytosanitaires, déclaration sociale nominative...). Naturellement, j’ai donc proposé de prendre le relais lorsque Bruno Bahin a émis le souhait de quitter ses fonctions de président pour des raisons de santé, tout en restant administrateur.

Comment abordez-vous cette nouvelle fonction ?

Tout d’abord, j’ai bien évidemment une pensée toute particulière pour Bruno Bahin et je sais que je pourrai compter sur son expérience. Je tiens également à remercier les membres du conseil de la confiance qu’ils m’ont témoignée. Je sais aussi pouvoir compter sur eux. Ils souhaitent que l’élan donné se poursuive.

Dans un monde complexe et technique, avec le guichet unique de la MSA couvrant notamment toutes les branches de la sécurité sociale (santé, famille, retraite...), je sais aussi pouvoir compter sur notre directeur général, Laurent Pilette, qui a rejoint notre caisse il y a trois ans, fort d’une certaine expérience. Son engagement total pour la caisse et le monde agricole mérite d’être souligné et il a notamment su redimensionner l’équipe de direction sur laquelle je pourrai aussi compter et donner cette impulsion dont la MSA Ile-de-France a besoin.

Si tous les résultats ne sont pas toujours visibles, ils sont cependant réels et il y a un véritable travail de fond qui a été engagé.

Avez-vous déjà fixé le cap à tenir ? Identifié les grands objectifs ?

La MSA Ile-de-France a su évoluer, en particulier ces dernières années, et devra encore évoluer au regard d’un contexte lui-même en pleine mutation. Une nouvelle convention d’objectifs et de gestion va arriver pour la période 2016-2020 avec son lot de nouvelles contraintes.

Je pense, en particulier, aux effectifs et donc à la nécessité d’adapter notre organisation aux moyens alloués. À titre d’exemple, sur les trois dernières années, les effectifs ont été réduits de 12 %. Un des enjeux forts pour notre MSA va donc consister à continuer à améliorer sa qualité de service, pour les salariés  et les non salariés agricoles, avec moins de moyens. Par ailleurs, sur un plan interne, nous avons de nombreux projets à continuer de porter. Je pense par exemple au nouvel immeuble de Gentilly ou au projet de centre de vacances Peymeinade, qui devrait ouvrir en juillet prochain.

Enfin, un point particulier me tient à cœur : celui de la proximité avec nos assurés. Il est important que la MSA continue à renforcer le lien avec le terrain en accompagnant les hommes et les femmes ainsi que les structures pouvant être en difficulté, et plus globalement, en continuant à chercher à apporter un service de qualité à notre population agricole.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité